Kimya Dawson

Remember That I Love You

Remember That I Love You

 Label :     K 
 Sortie :    mardi 09 mai 2006 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Et voilà le cinquième album solo de la grande Kimya illustré d'un magnifique dessin de Jeffrey Lewis. On y retrouve comme à son habitude la petite famille de l'anti-folk avec une plus ou moins reprise de "Sheer Wonder" de David Ivar Herman Dune ici intitulée "France", où justement elle raconte ses aventures en France, notamment au Pop In avec son compère David Ivar.
Au rayon ‘plus ou moins reprise' la dernière chanson "My Rollercoaster" est ponctuée de citations de ses chansons favorites à chanter en voiture, allant de Metallica à Sheryl Crow, en passant par Willie Nelson et bien d'autres... Mais au delà de ces clins d'oeil anecdotiques on a surtout affaire à un grand disque de Kimya Dawson, où elle brode sur son atmosphère de comptines déjantées sa vie et son imaginaire dans une moulinette parfaite : "I Like Giants" par exemple mélange son univers bédéphile à la difficulté intime de vivre avec un corps un peu improbable pour une fille surtout qu'on a du mal à imaginer compatible avec cette voix, toujours aussi magnifique fluette, gracieuse et déchirée.
"Caving In" et "Underground" sont deux très belles chansons ponctuées de quelques notes de violon qui sans être très justes d'un point de vue strictement musical tombent pile pour souligner la mélancolie des chansons... "The Competition" est un sommet de l'ecriture de Kimya : 'Much to dumb for school and much to lazy for a job' et qui se cloture sur 'I got good at feeling bad and that's why I'm still here'. Tout l'art de Kimya : résumé en quelques phrases lapidaires les grandes difficultés d'être dans ce monde... En bref un disque qui me rappelle surtout que je l'aime Kimya.


Excellent !   18/20
par To7


 Moyenne 17.67/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 25 mars 2008 à 12 h 34

On ne peut pas dire que je sois un immense connaisseur de folk, trouvant le genre assez barbant, enfin disons plutôt que ce n'est pas ma tasse de thé. Cependant n'étant pas completement bouché ça m'arrive de m'interresser à certains artistes folk surtout quand leur folk ne ressemble plus à du folk. Et c'est comme ça que je suis tombé sur Kimya Dawson. Du bonheur. Une petite voix adolescente assez séduisante qui me rappele mes années lycée, le soleil, l'été à glander en pensant à cette fille qui me plaisait bien... Qu'est ce que l'on se sent léger en écoutant Remember That I Love You ! C'est tout simple, une guitare, une voix qui semble courir sur les mesures, on aurait presque l'impression qu'elle est assise dans notre chambre d'ado à jouer sur sa gratte pendant que le printemps revient. J'vous l'dis cet album rend heureux, que l'on fasse attention aux paroles pleines d'humour ou qu'on se laisse bercer par sa voix, on tombe à coup sûr sous le charme de Kimya.

Au passage pour celles et ceux qui ont vu le film Juno, vous reconnaîtrez de nombreux morceaux qui collent d'ailleurs très bien avec l'ambiance du film (comme quoi je ne dois pas etre le seul à qui ça inspire l'adolescence).
Très bon   16/20



Posté le 11 janvier 2010 à 19 h 41

Tandis que son ex-compagnon musical Adam Green tourne sa voix dans la douceur mielleuse des crooners américains, Kimya Dawson tourne la sienne vers un léger éraillement et un chant rapide, poursuivant le côté lo-fi et antifolk de leur précédente collaboration: les Moldy Peaches.

Oui, tout le monde connait Remember That I Love You, ou en a entendu parler... D'une part, parce qu'il se présente comme un album simple, mais aussi paradoxalement comme le plus mainstream. Pas d'accords douteux et dissonants, pas de cris de bébés et kazoo (Alphabutt) ou d'enregistrement très lo-fi (premiers LPs). Bon ok, un violon douteux de temps à autres, mais tout de même bien dirigé.
D'une autre part, quelques morceaux notoires trainent sur la BO de Juno, film indé aux couleurs adolescentes, hymne aux joyeux torcheurs que sont les anti-folkeux. Cependant, j'avais envie tout de même de me lancer dans la chronique d'un album qui a pas mal compté dans mes choix musicaux récents. Quand les artistes commencent à devenir "audible pour tous", beaucoup disent que leur déclin est assuré. Ici, il en est tout autrement.

"Tire Swing". Première ballade dans l'univers enfantin et onirique de la maman folkeuse, repris dans le film Juno donc, entre autres. Le ton est posé. Parfois triste, parfois enjoué, mais toujours dans un sens de la simplicité et du second degré propre à la chanteuse. Triste, comme "My Mom" , petit hit tristounet trop longtemps sous-estimé de part son côté "placé entre deux hits". Mais en même temps, cet album est, pour qui aime le genre, un recueil de hits folk. Pas une musique en trop, pas une à jeter... Alors oui, le tout pourra sembler comme une même vague, comme 12 chansons à l'esprit identique reproduite à l'infini. Certains trouveront que l'album est prit sur le parti de plaire à un plus large public par son côté tout de même pop, mais aussi en gardant l'esprit de base, comme le montre cette belle illustration de Jeffrey Lewis qui orne la couverture. Oui, mais en plus du très bon niveau global de l'album, certains poussent le bouchon encore plus loin et proposent de vrais "différences" très intéressantes avec les autres pistes. Comment ne pas citer "I Like Giants" et son rythme (de ukulélé?) saccadé qui magnifie une mélodie déjà très entrainante. "The Competion" ou "My Rollercoaster" et leurs lyrics pointus et pourtant si réjouissantes, qui force au sourire.

Il m'est avis que chacun se devrait d'avoir cet album pour s'en faire sa propre chronique personnelle, si ce n'est déjà fait. Personnellement, cet album est pour moi LA preuve que lo-fi peut-être accessible à tout auditeurs, et que ce ne sont pas que des clampins qui ignorent tout de l'enregistrement traditionnel. Il est la preuve encore, qu'à notre époque, une guitare, une voix et deux trois bricoles peuvent produire un très bon album. La mélodie, les textes avant tout. J'ose dire qu'en unissant dame Dawson et sieur Green, on obtient ce que doit être le folk moderne. Oui, voilà, même si l'anti-folk se marque à l'inverse de tout les folk-men qui reprenaient Dylan dans les parcs amerlocks, nous sommes ici dans l'intemporalité du folk. Et je trouve d'ailleurs un certain aspect Dylan première trilogie dans cet opus.

Remember That I Love You est donc simple, pur et concis, un tantinet ironique, onirique et malicieux... Sans doute un peu niais aussi, mais c'est une musique qui ne se contente pas de relever le niveau de la musique acoustique, mais elle nous fait sentir enfant ou adolescent.

Ma conclusion ne sera pas moins élogieuse, car c'est avec cet album que j'ai commencer à chanter après l'écoute répetée de ce LP, d'ou ma note élevée. Un album qui selon moi, restera le sommet de la discographie de l'ex Moldy. Un Friends Of Mine version Dawson, quoi.
Simplement.
Exceptionnel ! !   19/20







Recherche avancée
En ligne
189 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Finalement, au vu des projets nés après leur désunion, vous êtes très content qu'ils aient splité:


At The Drive-In
Atari Teenage Riot
Big Black
Black Flag
Diabologum
Faith No More
Fu Manchu
The God Machine
The Murder City Devils
Refused