Rufus Wainwright

Want One

Want One

 Label :     Dreamworks 
 Sortie :    mardi 23 septembre 2003 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Mélange de pop et de classique, Want One du jeune mais expérimenté songwriter Rufus Wainwright est un disque à part, difficile à classer car il est en même temps grandiloquent et intimiste.

L'album commence sur "Oh What A World", chant grégorien et orchestration classique baignée de cuivre et de violons, Rufus chante pourtant le monde d'aujourd'hui, l'écriture est belle, le chant aussi, et même si la musique à parfois des airs de Vivaldi, elle est agréable. L'introduction nous donne une bonne image du disque, des belles chansons pop servies par une orchestration très classique, Rufus Wainwright s'est entouré d'un orchestre talentueux pour certains titres ("Oh What A World", "I Don't Known What It Is", "14th Street"...), d'une formation plus électrique pour d'autres ("Vicious World", "Movie Of Myself"...) ou est carrément seul au piano sur "Pretty Things".
Outre la musique ce qui frappe sur ce disque c'est la qualité de l'écriture, souvent sombre et blasée mais aussi ironique, la voix haute et juste de Rufus va pourtant a contre courant des textes et parait même réjouie. Des textes comme "Vicious World" ou "Pretty Things" semblent tellement simples et évidents qu'ils nous touchent des la première écoute.
Rufus Wainwright est bien plus efficace lors de ces moments plus intimistes, les grandes orchestrations nous touchent moins, mais il a su très bien alterner les deux, si bien que le disque est plus qu'écoutable du début à la fin.
Le disque se termine sur trois belles chansons, "Want", "11:11" et "Dinner At Eight", trois chansons intimistes qui clôturent en beauté un album à la richesse vocale et musicale impressionnante.


Bon   15/20
par X_Keyser José


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
241 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Dans l'idée d'une playlist thématique mais néanmoins hebdomadaire, vous préférez :