Rufus Wainwright

Lyon [Odéon - Nuits De Fourvière] - mercredi 10 juillet 2013

Rufus Wainwright solo nous dit l'affiche. Même si le temps de petites chansons, il se fait accompagner, c'est bien seul avec son piano ou sa guitare qu'il mène le concert, dans un répertoire bilingue. Ce qui le mènera ensuite aux Francofolies de la Rochelle et ses 75% de chant dans la langue de chez nous requis.

Ça commence par une reprise de Berlioz au charme particulier mais qui en dit long sur les qualités de chant du bonhomme. Le nombre de reprise est d'ailleurs important durant le concert : "Quand Vous Pourrez De Vos Amous" de Gilles Vigneault, une "Excursion À Venise" signée par sa tante, et une reprise de sa mère "Entre La Jeunesse Et La Sagesse" ou encore un "Je Suis Venu Te Dire Que Je M'En Vais" repris en chœur avec le public. Sans oublier son désormais inévitable "Hallelujah". Diversité de style, de goût, qui présente ce qu'il peut faire de mieux en terme d'interprétation. Mais surtout Rufus est un formidable conteur sachant créer la complicité avec son public, expliquant ses choix de chansons. La deuxième partie du concert est plus dédié à son propre répertoire avec ses minis tubes "Cigarettes And Chocolate Milk" ou "Going To Town" illustrant la diversité du répertoire.

D'un chanteur dont on renvoie une image arrogante et grandiloquente, on retiendra un concert touchant, tout en humilité dans lequel il évoque beaucoup sa famille, l'amour, la vie. Avec son excellent français, son accent québécois hérité de sa mère, son humour et son talent. Le public français devrait adhérer.


Parfait   17/20
par Chaurionde


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
102 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Pour toi, la réponse à la grande question sur la Vie, l'Univers et le Reste est :