Red House Painters

Ocean Beach

Ocean Beach

 Label :     4AD 
 Sortie :    1995 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

"Ocean Beach" est le quatrième album des Red House Painters, et regroupe 9 morceaux magnifiques.
Ca commence on ne peut mieux avec le splendide instrumental qu'est "Cabezon", aux arpèges harmonieux et au groove tranquille, fleurant bon une certaine sérénité mélancolique. Puis Mark et ses accolytes nous plombe l'ambiance avec le déchirant "Summer Dress", emplie de nostalgie et de regrets. S'en suit le terrible "San Geronimo" : c'est le réveil du post-folk-rock, éclatant, innovant et émouvant. "Shadows" et son piano est réellement poignant, simplement beau, tandis que le splendide "Over My Head", plein de légèreté et de bonheur champêtre, nous passe au dessus de la tête sans que l'on s'en rende compte. Puis "Red Carpet" nous replonge dans un désespoir résigné, alors que "Brockwell Park" est sublime d'émotions nostalgiques et amères, prolongées par le post-folk-rock et excellent "Moments". Enfin, le romantisme est de mise pour clôturer cet album splendide, avec "Drop", débordant de passions inavouées.
"Ocean Beach" est le digne prédécesseur de l'incroyable "Songs For A Blue Guitar" : il est (presque) aussi génial.


Excellent !   18/20
par X_Shape104


 Moyenne 18.00/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 08 février 2004 à 19 h 58

Mark Kozelek est un des artistes les plus secrets des années 90. Et les plus aimés par ceux qui ont fréquenté son univers. La musique ayant été brillament évoqué dans l'article précédent, je vais mettre l'accent sur ce que dit ladite musique. Pour ceux qui l'ignorent et qui croient souvent que les musiciens intimistes sont des personnes sages tranquilles qui écrivent leurs chansons au coin du feu, j'invite à visiter la très belle bio écrite par Jason Ankeny sur http://www.allmusic.com/. Mark kozelek est revenu du fond d'un enfer qu'il a connu très tôt, et toute son oeuvre dit ce passé de souffrances et de nostalgie. Ainsi l'immense "Shadows", pierre précieuse de ce disque lumineux, a l'épaisseur d'une vie d'une enfance. Oh non! La tristesse n'est pas feinte, et il n'est pas question de pose ici. Et qui connait la mélancolie sait qu'il n'y a rien de plus sérieux. Combien légers et futiles paraissent les singles dont on parle ici-bas quand on plonge dans ce long fleuve d'amour qu'est "Drop" (13 minutes d'une expérience sans pareil).
Les Red House Painters, Mark Eitzel, Idaho, Low, voilà qui va très au delà de la musique, qui s'adresse directement aux tréfonds de l'âme, éveille nos mémoires souffrantes. Et puis, ce disque comporte cet improbable chef d'oeuvre : "Summer Dress". "Summer dress makes you more beautiful than the rest, summer dress separate you from the rest". Un poème d'une noblesse sans pareille.
Excellent !   18/20







Recherche avancée
En ligne
64 invités et 1 membre :
Happy friday
Au hasard Balthazar
Sondages
Levé du mauvais pied, je suis plutôt "réac'n roll" : Ras-le-bol...