The Electric Soft Parade

The American Adventure

The American Adventure

 Label :     Arista 
 Sortie :    mardi 14 octobre 2003 
 Format :  Album / CD   

Après un premier album peut être un peu sur-évalué, par la presse anglaise surtout, The Electric Soft Parade livrait en 2003 The American Adventure, tirant son nom d'un vieux parc d'attraction du sud de l'Angleterre.
Les Brightoniens ouvrent les hostilités avec "Things I've Done Before" qui d'une certaine manière annonce tout ce qui va suivre, grosses guitares sur les couplets suivi d'un refrain tout délicat, genre coquelicots. Les frères White imposent un grand écart qui, au choix, déroute ou fascine.
Si c'est la fascination qui l'emporte, alors la suite est quasi-parfaite: "Bruxellisation" et son arpège en tourbillon évoque un peu REM, "Lights Out" et "Headacheville" se présentent comme plus menaçantes mais sans jamais perdre le côté mélodique qui fait la marque du groupe.
Sur "The American Adventure", la chanson, la fratrie tente le gros coup de la chanson à tiroir au parfum Pink Floydesque, malheureusement pour un résultat en demi-teinte. "Chaos" et "Existing" sont des balades assez réussies, rien de révolutionaire, mais fortes émouvantes.
Mais entre tout ça, il y a deux joyaux dont l'éclat fait de l'ombre au reste pourtant déjà lumineux: la première intervient en plage 4 et s'intitule "The Wrongest Thing In Town", balade acoustique lumineuse, genre chute de studio oubliée des Beatles, au final qui va crescendo mais qui a le bon gout de ne pas exploser. L'autre perle arrive juste ensuite, c'est "Lose Yr Frown", hit single en puissance, à l'évidence mélodique renversante...
Les frères White vivent peut-être trop dans un axe"Beatles avec les amplis des Pixies", mais leur grande force est leurs mélodies imparables dont beaucoup tueraient pour en avoir rien qu'une de ce calibre, histoire de voir ce que ça fait.
Après un premier disque surproduit, The Electric Soft Parade sort une collection de chansons au dépouillement remarquable, tout enregistré en analogique s'il vous plait, qui promet des lendemains qui chantent...


Très bon   16/20
par Thinwhitejs


 Moyenne 17.00/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 13 octobre 2005 à 19 h 55

Ce disque a été pour moi un des grands bonheurs musicaux de 2003. C'est aussi un des rares disques où j'ai accroché directment, et qui m'a accompagné pendant plusieurs mois.

Les frangins White ont renouvellé le créneau quelque peu bouché de la pop d'une très belle maniere. Il est clair que le meilleur morceau reste "The Wrongest Thing in Town", un bijou de ballade pop comme on n'en découvre pas tous les jours, mais il n'y a rien a jeter dans ce disque.

L'ensemble est parfaitement homogène, la production très classe et le boulot des deux frères aussi bien à la guitare, à la batterie qu'au chant, est inspiré, frais et jouissif.

Bref, si vous ne connaissez pas The Electric Soft Parade, foncez acheter ce disque vraiment magique.
Excellent !   18/20







Recherche avancée
En ligne
258 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
En concert, tu n'aimes pas :