Kinski

Alpine Static

Alpine Static

 Label :     Sub Pop 
 Sortie :    mardi 12 juillet 2005 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Froideur enragée ou rage glaciale ? Après Airs Above Your Stations, Kinski revient avec un rock lourd, ambiant, toujours aussi peu chanté, d'une colère et d'une rage contenues, crispées.

Toutefois le tempo s'accélère, et le son semble ici plus décharné : on a donc quitté le psychédélisme moite du brouillard du pacifique, pour celui torride et aride du désert. Pour autant, rien n'est incandescent ici, tout est effectivement statique, froid, proche de l'explosion, la vallée de la mort n'est qu'entr'évoquée, mais suffisamment pour se sentir bringueballer entre le congélateur et le four adjacent. En fait, cet album est vraiment marquant par la puissance toute particulière du son : tout aussi lourd que Airs..., mais beaucoup plus tendu.
Cet album est un sacré OVNI.
A moins que ce ne soient des steppes fantasmées qui nous sont décrites, au fin fond de l'Asie Centrale, avec cette excitation de l'endroit magnifique, où le vide semble enfin prendre corps dans une volupté inquiétante mais irrésistible ... vous savez, ces endroits où il ne faut pas rester mais dont la beauté fascine et tue.

Amen, je vous le dis, cet album cache un secret cabbalistique, une pierre philosophale, le Grand Oeuvre rock n roll, mais point d'esbrouffe : il faut le laisser nous posséder, patiemment, rester à son écoute, ne pas le brusquer.
Derrière cette carapace bruitiste se cache un pouvoir de fascination, un quelque chose qui est le signe que cet album est grand, très grand.


Excellent !   18/20
par Lolive


 Moyenne 17.50/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 14 août 2008 à 01 h 19

Un petit tour à la fnac et c'est parti pour la découverte.
Je cherchais un groupe dans la mouvance shoegazing et là le vendeur me dit d'écouter Kinski et cet album qui dépassa mes idéaux.
Vous êtes en plein rêve, que du bonheur sans matiere grasse, du début à la fin, nous avons du son torride avec des effets digne de Butch Vig pour vous griller la cervelle.
Kinski est en terre inconnue, ou presque, bien sûr on reconnaît du Mogwai et du Explosions in the Sky, mais la volonté de dépasser les clivages sont là.
Et l'effet euphorique vous prend à la gorge.
On reçoit toute l'energie de cette guitare qui vous emmene loin, loin, dans un astre alors inapercu, dans une lumière qui vous donne envie de croire que Radiohead ne sont pas les seuls à créer.
Car oui, cet album a déjà cinq ans, oui cet album est passé inapercu, oui, cet album ne vendra pas des millions de disques, mais c'est pas grave!!
car Kinski a une ambition, celle de nous faire croire que le rock n'est pas mort.
On retrouve toute la rage de Sonic Youth (époque Bad Moon Rising ou Evol), tout l'elan de The Swans avec un effort mélodique digne du meilleur Mogwai!!!

Tout simplement énorme!!!
Parfait   17/20







Recherche avancée
En ligne
168 invités et 1 membre :
R.i.p Auckward
Au hasard Balthazar
Sondages
Finalement, au vu des projets nés après leur désunion, vous êtes très content qu'ils aient splité:


At The Drive-In
Atari Teenage Riot
Big Black
Black Flag
Diabologum
Faith No More
Fu Manchu
The God Machine
The Murder City Devils
Refused