Audioslave

Out Of Exile

Out Of Exile

 Label :     Interscope 
 Sortie :    mardi 24 mai 2005 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Audioslave est, comme chacun sait, un 'all stars band' : le mix de Tom Morello, Brad Wilk et Tim Commerford des Rage Against the Machine, ainsi que de Chris Cornell de Soundgarden.
Il y a trois ans, lorsque sortait leur premier album, tout le monde les attendait au tournant. Le résultat fut un disque qui, sans être transcendant, avait le mérite d'offrir quelques bonnes chansons.

Avec Out of Exile, nous avons entre les mains l'album d'un groupe qui se connaît davantage et qui s'est rôdé petit à petit au fil des concerts. Nous étions en droit d'attendre un meilleur disque, qui nous ferait oublier la perte de Soundgarden et de RATM (quoique à titre personnel, ces derniers ne me manqueront jamais). Il n'en est rien ...
On a eu beau l'écouter, le réécouter, et l'écouter à nouveau, rien n'y fait. Ce disque est un échec total.
Dans un premier temps, la production de Rick Rubin est d'une platitude digne des pires daubes FM. Ensuite, Tom Morello fait preuve ici d'une imagination et d'une inventivité proches de la nullité. Il nous balance deux riffs de gratte pendant tout le disque, et les mouline encore et encore jusqu'à la corde (j'exagère à peine) ...
Brad Wilk et Tim C forment, parait-il, une des meilleures sections rythmiques des 90' ; mais là ils se contentent du minimum syndical, n'arrivant à aucun moment à sauver l'auditeur de l'ennui le plus profond.
Chris Cornell, quant à lui, se vautre sans vergogne dans la niaiserie la plus Hit-machinesque sur l'insupportable single "Be Yourself", et il se noie dans un océan de ridicule sur la pathétique "The Worm"... Plus Spinal Tap que Spinal Tap (et c'est pas très gentil pour Spinal Tap) !!!
Parce qu'il faut sauver quelque chose du désastre, on gardera "Yesterday To Tomorrow", mais c'est vraiment parce qu'il y a Cornell dessus ; en fait, elle est loin d'être géniale ...

Au fur et à mesure des écoutes, la surprise fait place à la déception, qui elle, fait place à l'ennui ...
A oublier au plus vite et sans rancune.


Insipide   7/20
par Max


 Moyenne 10.80/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 21 novembre 2005 à 17 h 35

Audioslave, c'est un peu le Real Madrid de la scène U.S, avec ses "Galactiques" qui trainent leur passé comme un boulet de plomb!
On nous balance du gros son comme ça en pleine trogne, on joue les gros bras et on fait péter les feux d'artifices dans les clips pour essayer de donner de l'ampleur au truc mais entre nous tout cela sonne faux!
Où est la passion là dedans? On se fait grave chier en écoutant ce second disque qui n'a pour seul but de faire d'Audioslave un groupe "Bankable"!
Honnêtement, ces mecs là recherchent absolument l'équilibre entre la voix de Cornell et le style de jeu des restes de RATM, on a envie de leur dire de ne pas se fatiguer car on n'a jamais le sentiment que cet équilibre éxiste, au contraire on a la bonne démonstration que des bons musiciens ne font pas obligatoirement un bon groupe!
Pour être franc, cet album est une grosse arnaque, la production trop lisse est à vomir et Cornell frôle par moments l'insupportable voire même l'indigestion à s'égosiller inutillement sur des compositions apathiques!
Les ricains peuvent essayer de nous faire passer des vessies pour des lanternes, ils n'éclaireront pas pour autant l'histoire du Rock!
Mauvais   5/20



Posté le 16 septembre 2006 à 18 h 11

Out Of Exile, l'exemple typique d'album à éviter, un de ces albums portés par une et unique chanson, en l'occurence "Be Yourself", avec 10 autres chansons pour que ce soit plus qu'un single.
"Be Yourself" est vraiment très réussie comme chanson et passera certainement encore en radio dans dix ans. C'est en quelque sorte une répétition cinq ans plus tard de ce qu'on a pu connaitre avec Crush de Bon Jovi et son tube "It's My Life" (les deux chansons se ressemblent d'ailleurs beaucoup), un groupe qui cartonne avec un tube qui sort en fin d'été et qui retombe dans un relatif anonymat dès l'automne...
Comment alors noter un disque qui est sans intérêt si l'on en sort une chanson qui, elle, vaut le détour ? Peut-être alors comme je le disais à la première ligne.
A éviter   6/20



Posté le 21 septembre 2006 à 21 h 14

Il faut arrêter de comparer ce groupe à ses illustres prédécesseurs ! Quel mal y a-t-il a vouloir trouver le meilleur accord entre la voix d'un chanteur merveilleux et le talent de 3 musiciens virtuoses ? Où est le problème ? Est-ce cela qui rendra un disque inintéressant voire baclé ? Non !

Avant d'écouter ce disque, je pense qu'il faut effacer nos idées préconçues sur le groupe: oublier d'où ils viennent et qui ils sont. Prendre ça comme si c'était l'album de sombres inconnus. D'ailleurs quand j'ai écouté l'album pour la première fois, je ne savais pas qui ils étaient et j'ai tout de suite été séduit. Je comprends les nostalgiques, mais toute bonne chose a une fin et Audioslave est le commencement d'une nouvelle.

On insère le disque dans sa platine et dès le premier morceau, on entend quelque chose de nouveau... La voix est peut-être familière, les styles également mais le "Yesterday To Tomorrow" est tout simplement exemplaire: un Cornell toujours au top et les 3 musiciens en accord parfait; meme si la voix de Cornell fait, pour certains, tâche aux cotés des 3 anciens de RATM, les premieres chansons sont rondement menées, conciliant parfaitement le talent des 4 artistes.

Certes un peu répétitif par moments, le disque est plaisant (sauf pour les nostalgiques du hard rock des 90's qui auraient preféré entendre Cornell gueuler comme un zombie et les 3 autres se déchaîner comme des animaux). Les chansons sont dans un même registre, ont un même schéma mais se distinguent les unes des autres par des mélodies qui font mouche.

On retiendra 4 chansons qui sortent du lot: Le tube "Be Yourself" absolument prodigieux où l'accord entre les 4 est exemplaire, "Yesterday To Tomorrow", le très bon "Your Time Has Come" (aux faux airs de Metallica) qui est un fabuleux concentré de talent et enfin, la meilleure, située à la plage 4 du disque, celle qui allie le mieux les 4 types, qui offre une melodie magnifique aux faux airs sages mais qui se révèle terriblement efficace: "Doesn't Remind Me" (à noter un superbe solo de Morello).

Pour moi cet album est une réussite, et ce n'est pas parce qu'il fait plus pro que le précédent qu'il est forcément fait pour rapporter des sous. D'ailleurs si Audioslave était un groupe qui cherchait à gagner du fric avant de faire de la musique, expliquez-moi pouquoi leur plus gros show (à La Havane en 2005: reunissant pres de 70 000 personnes) était totalement gratuit ?

Il est, pour moi, certain qu'ici Audioslave veuille se démarquer, créer du neuf et tracer sa voie en dehors de celles des 2 mastodontes dont le groupe est issu. Et ce n'est pas une tare ! Cet album est à mon sens une reussite: le groupe a su allier les talents de chacun pour produire une galette homogène, où les morceaux sonnent terriblement bien et dont la production a été bien plus serieuse que le premier album.

Deux petites contreparties: les titres un peu répétitifs et le nombre de pistes (on n'en a jamais trop quand c'est plaisant ! ).
Parfait   17/20



Posté le 09 octobre 2006 à 13 h 03

Deuxième session musicale d'Audioslave, qui contrairement aux idées évoquées, ne sent pas le réchauffé pour deux sous, on continue dans cet album à profiter du son inédit proposé par l'alliance de ces deux styles différents qu'avaient RATM et Soundgarden.

Parler d'un son d'alliance est même à leur propos inexact, puisque c'est en tant que musiciens accomplis qu'ils créent leur propre style actuel, sans tabler sur leurs anciennes façon de jouer respectives.

Chris Cornell encore aux lyrics, avec des textes plus "murs" qu'à l'époque de Soundgarden, qui ne tombent pas dans la grande spirale des éternels textes contestataires et rageurs à l'excès. Il semble encore rester quelques fibres de ‘l'engagement' qui était propre à RATM, mais nous pourrions dire plutôt pour trancher, que ces textes sont en fin de compte plus "authentiques" et, finalement, propres a leurs auteurs, qui approchant la quarantaine chacun, gardent musicalement une pêche et une force de technique et d'interprétation qui, elle, reste indéniablement rock'n'roll !

On ne s'étendra pas une fois de plus sur les prouesses vocales de Chris Cornell, ni sur les riffs quasi psychédéliques de Tom Morello, pas plus que sur la basse lourde au groove reconnaissable entre mille de Tim Commerford et la frappe nette et précise de Brad Wilk à la batterie.
Ces gars ont une carrière derrière eux (et devant !), pas des moindres, ils savent jouer, et ils le prouvent encore aujourd'hui avec Out Of Exile qui s'inscrit dans le top des meilleurs albums rocks de ces dernières années, avec un son respectueux de ce qui à fait du rock ce qu'il est aujourd'hui, sans tomber dans la facilité, et avec innovation! Bravo !
Exceptionnel ! !   19/20







Recherche avancée
En ligne
138 invités et 1 membre :
Poukram
Au hasard Balthazar
Sondages
Combien dépensez vous par mois pour vos disques