Suede

Coming Up

Coming Up

 Label :     Nude 
 Sortie :    mardi 23 juillet 1996 
 Format :  Album / CD   

Bernard Butler parti pour incompatibilité d'humeur, on ne donnait pas cher de la peau de Suede. Mais le groupe avait de la ressource et surtout une bonne dose de talent : Coming Up, leur toisième opus, fut un total succés sur tous les plans.

Et pour cause : pochette glamour, tracklisting impeccable, Coming Up annonce le retour d'une pop plus directe et diablement efficasse. Dix chansons et tout simplement pas une à jeter !
De "Trash" à "Beautiful Ones" en passant par "She", c'est une vraie collection de tubes où le groupe expose toute sa classe !
Grâce à un album sans fausse note, Suede reviendra très haut dans les charts, et surtout laissera à la postérité quelques purs joyaux de la Brit-Pop comme seuls eux savaient les faire.

Et lorsque Bret Anderson se décide à être plus romantique sur "Picnic On The Motorway" ou "Saturday Night", sa voix douce, sensuelle et incroyablement aiguë est un véritable enchantement.
Un album dont on ne se lasse jamais.


Très bon   16/20
par Vic


 Moyenne 16.50/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 13 novembre 2008 à 12 h 02

Après le départ de Bernard Butler, Suede se voit obligé de changer de direction musicale. Exit les instrumentations complexes, c´est sur la personnalité flamboyante de Brett Anderson qu´est centré ce Coming Up. En recrutant la machine à riffs Richard Oakes, Suede creuse la veine de son rock le plus glamour et (très très) électrique.
"Trash" annonce la couleur. Un tube incroyable, au riff strident mais fabuleusement fédérateur. Brett chante de sa voix suraiguë son texte évoquant la vie de dandy, entre débauche et amour. Suede n´a jamais aussi bien approché le fantasme du glam rock. Et des tubes dans ce genre, Coming Up en regorge ! De "Starcrazy" à "Filmstar" , en passant par "Beautiful Ones" (‘ Ow, High on diesel, psycho for drum machine !'), c´est une avalanche de hits glam-rock à la sauce Suede. La guitare crunchy de Richard Oakes est terriblement stridente, sans compter que Brett Anderson n´a jamais, et ne chantera, plus jamais aussi aigu. Si on aime le genre, il s´agit de véritables must, mais j´imagine que ce son électrique à l´extrême en rebutera plus d´un. Mais qu´importe, moi j´adore, il se dégage une telle décadence, une telle efflorescence de ces morceaux ! Brett Anderson et ses acolytes ont à ce moment parfaitement incarné l´image du dandy libertin, laissant à Jarvis Cocker le non moins excellent rôle de dandy lettré. Pas de doute, on tenait là deux grandes personnalités.
"She" renoue avec les violons de Dog Man Star, même si la guitare envahissante (dans le bon sens du terme) les relègue au second plan. Mélodie agicheuse, au même titre que la fille évoquée...Quant à "Lazy", je crois qu´elle porte parfaitement son nom. Malgré son riff, elle exprime une certaine paresse et même de la lascivité: pas étonnant pour cette bande de play-boys ! Côté ballades, le groupe donne aussi le meilleur de lui, avec un chant viscéral de Brett sur "By The Sea", "Saturday Night", et "The Chemistry Between Us", dont le nom en dit long sur la qualité du texte: tous les fantasmes du rock y sont concentrés !

Coming Up a été la meilleure façon pour Suede de s´accommoder du départ de Bernard Butler. Plutôt que de continuer à viser une certaine complexité, le groupe se fond à merveille dans l´univers du glam-rock en l´adaptant à son son. Et ça lui convient très bien: pas étonnant lorsqu´on compte parmi ses membres un artiste qui possède le charisme de Brett Anderson. Bien sûr, toute cette imagerie de dandy glamour et décadent peut paraître naïve, mais lorsque cela est si bien fait (musiques ET textes), il serait vraiment très dommage de se retenir, de ne pas s´emballer pour ces fantasmes bohêmes qu´a incarné Suede.
‘Here they come, the beautiful ones!'
Parfait   17/20







Recherche avancée
En ligne
150 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Selon vous, quel intérêt les side-projects offrent-ils au rock indé ?