Kyuss

...And The Circus Leaves Town

...And The Circus Leaves Town

 Label :     Elektra 
 Sortie :    lundi 10 juillet 1995 
 Format :  Album / CD  Vinyle  K7 Audio   

Déboulé d'une période rock plutôt creuse, ...And The Circus Leaves Town réveille les sens et bouscule un peu tout ce que vous pouvez avoir à l'interieur de vous. Jouant au jeu du groupe indéfinissable, on pourrait aussi bien dire de Kyuss qu'ils font du stoner, du heavy-psychédélisme ou du métal-planant, on s'en taponne grassement le coquillard. Ceci est leur meilleur album et c'est probablement tout ce qui compte. Les premiers titres ("Hurricane", "One Inch Man") ne laissent pas pour autant entendre véritablement l'oeuvre complète puisqu'ils sont lourds, chargés en basse, accordés dix tons en dessous, enfin bref ça pèse, ça sonne heavy.
Début de deuxième partie avec "Phototropic", là ça commence à vous gagner (pas la montagne, la musique...) on est bercé par ce son pourtant très gras mais manié avec douceur, un fleuve métal qui vous balade. Ensuite "El Rodeo", formidable élan vers un riff obsédant, et ainsi de suite, chaque chanson étant renforcée par la voix crispée, limite rupture, de John Garcia. Un sommet de perfection en bout d'album avec "Size Queen" et "Spaceship Landing", 11 minutes de rêveries épaisses au coeur du maelström Kyuss.
Et prix spécial de la meilleure chanson cachée de tous les temps à 32 minutes et 15 secondes sur la derniere piste.
Un album d'île déserte.


Excellent !   18/20
par Charlie


 Moyenne 16.40/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 06 mars 2006 à 15 h 54

...And the circus leaves town porte bien son titre puisque c'est le quatrième et dernier album du groupe Kyuss : c'est donc l'album d'adieu d'un groupe, les membres ayant décidé de se tourner vers d'autres horizons musicaux.
Mené de front par Josh Homme, aujourd'hui leader des Queens Of The Stone Age, et John Garcia, dont la voix reste incontournable, Kyuss réussit là encore un coup de maître.
N'ayant plus rien à prouver, les américains se lâchent complètement et nous livrent sur cet album, le summum du rock "Stoner". Ils reprennent ainsi sensiblement la même formule que les albums précédents basée sur des morceaux parfaitement bien construits et purement accrocheurs.

On commence par "Hurricane", morceau énervé très heavy rock, idéal je dirai, à écouter en bagnole, tout comme le morceau "Tangy zizzle" puis les chansons s'enchaînent par des riffs tantôt aériens tantôt violents, laissant la place à une basse extra lourde et à de superbes morceaux tels que "Spaceship Landing", un pur extra du Stoner de 11 minutes (suivi par un morceau caché au bout de 30 minutes dont on aurait pu, à mon sens, s'en passer), "Size Queen" morceau excellent dès le premier accord de guitare, "Phototropic", qui dégage une vraie émotion à son écoute, ou encore "El rodéo", morceau sans doute composé dans le désert américain entre l'herbe du diable et la petite fumée.

Seul bémol, le son de l'album que certains pourraient juger trop lourd voire mal produit, mais qui après tout, fait le charme de ce groupe. A rappeler que Kyuss n'est pas une variante de Queens Of The Stone Age, même si décidément, Josh Homme et ses acolytes sont des compositeurs hors pairs.
Encore une fois, les gars de Kyuss ne se sont pas foutus de notre gueule. A découvrir absolument.
Excellent !   18/20



Posté le 27 juin 2006 à 20 h 14

...And The Circus Leaves Town, c'est La quintessence de tout le travail de sape fomenté par Kyuss depuis des années. Un dernier album qui met un point d'honneur à en finir avec tout le cirque stoner...
La lourdeur couleur souffre magmatique de "Blues For The Red Sun" est cette fois alliée à la luminosité de Kyuss (et non pas Welcome To The Sky Valley, ou l'inverse, soyez gentils de mettre un peu d'ordre dans tout ce bordel !) pour peindre le plus étonnant des tableaux: Le rouge et le beige donnent un étonnant bleu, tantôt pastel ("Catamaran" de Yawning Man), tantôt issu des profondeurs de l'océan (" El rodeo") sur lequel Josh Homme et le fantastique Scott Reeder voguent, seuls maîtres à bord d'un cargo insubmersible... John Garcia, figure de proue du navire brave la violence des courants marins, tandis que l'ancre d'Hernandez plombe le tout...
Bon on va arrêter là les métaphores Thalassesque, pour parler un peu plus de l'album en lui même, ...And The Circus... c'est la douceur et la mélancolie qui veulent se faire violence pour en imposer malgré tout. Les riffs sont imparables ("One Inch Man"), brutaux et inventifs ("Hurricane"), sachant parfois se faire plus sage ("Phototropic") pour nous donner une bonne idée de l'étendue du savoir de ces quatre divinités du désert en matière de gros rock qui tache.
Très courte mention faite à "Size Queen", au riff reggae, qui ferait presque figure de bonne blague (Josh tu nous fera toujours rire), si l'affaire n'était pas si grave...
Et puis viennent "Catamaran" et "Spaceship Landing", une belle reprise pour pleurer et un final fleuve épique pour nous faire halluciner... Réussite sur toute la ligne. Le solo final donne le frisson, jamais ils n'étaient allés aussi loin. Le stoner devient une entité à part entière, il s'élève au dessus du monde pour poursuivre sa route. Grandiose.
Tristement, ce magnifique disque d'adieu s'achève sur une très courte piste cachée lumineuse et attendrissante.
Kyuss vient de commettre là un autre grand album, son meilleur selon moi, il n'y en aura pas d'autre.
Un dernier EP plus tard (et quel EP !!!!!!!!) et Kyuss s'éteint définitivement.
Gageons que leur musique nous accompagnera encore longtemps.
Intemporel ! ! !   20/20



Posté le 03 septembre 2006 à 21 h 53

Un album très impressionnant, tant par son rythme que par son intensité. Josh Homme joue ici des riffs très lourds comme pour le titre "One Inch Man" très mélodique qui donne envie de secouer sa tête frénétiquement. Puis le chant de John Garcia reste bon malgré son manque d'originalité. Avec le géant "Catamaran" tout à fait excellent! En bref en écoutant cet album on ne cesse de rêver, emporté par un mur de son, lourd et abrutissant tout droit sorti du désert. Pour moi cet album est aussi bon que le précédant d'ailleurs il reste pour moi plus accessible et plus mélodique. Avant de connaître ce groupe j'avais une opinion plutôt négative du metal mais grâce à Kyuss et le stoner rock j'apprécie le metal.
Parfait   17/20



Posté le 12 avril 2007 à 16 h 38

Je suis arrivé à Kyuss par l'album Blues For The Red Sun. Je n'y ai rien trouvé de bien folichon à me mettre sous la dent. Mais peut-être est-ce leur moins bon ? Qu'à cela ne tienne, tentons l'expérience ...And The Circus Leaves Town. Avant d'écouter cet album, je me suis mis dans le bain: "Attention, Kyuss, groupe culte, creuset d'une partie des Queens Of The Stone Age, initiateur (avec d'autres) du style stoner, album de référence: ça devrait en mettre plein la vue". Je m'en pourléchais les babines à l'avance. A la première écoute, douche tiède: "mouais, pas mal le son, la voix pas mal aussi... Les morceaux ? Euh... Réécoutons-le plus attentivement". A la deuxième écoute, je me suis focalisé sur les compos: structures, mélodies, ambiances, harmonies. A la 3ème aussi. A la 4ème aussi. Etc. Et je ne comprends pas... Quels trésors peut bien contenir cet album, qui puissent générer l'engouement, la reconnaissance, voire l'adulation pure et simple ? Il doit bien y avoir quelque chose, mais je ne vois pas quoi. Le son est certes impressionnant de lourdeur mais ça ne suffit pas pour faire un bon skeud. Les morceaux ? J'ai beau les prendre dans tous les sens, les ausculter, les disséquer, les analyser, les écouter (si si !), je n'entends que 3 ou 4 accords de guitares assénés indéfiniment, une pauvreté harmonique généralisée, des structures simplistes (avec quand même une cassure rythmique par-ci par-là), un voix faiblarde (dont la couleur particulière n'est certes pas dénuée d'intérêt) et... je crois que c'est tout. Ah si, pardon: du gros son bien gras (sans aucun doute), de la puissance (sans aucun doute) et en grattant bien 2 ou 3 morceaux qui émergent péniblement de cet océan de platitude. Bref, vraiment pas de quoi grimper aux rideaux. Je suis le premier à regretter ce que je viens d'écrire, car j'ai l'impression de passer à côté d'un monument du rock (à en croire les critiques dithyrambiques des fans). Mais il faut croire que certains monuments n'inspirent qu'indifférence à une partie de la population.
Pas terrible   9/20







Recherche avancée
En ligne
70 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Pour toi, la réponse à la grande question sur la Vie, l'Univers et le Reste est :