The Dismemberment Plan

The Dismemberment Plan Is Terrified

The Dismemberment Plan Is Terrified

 Label :     DeSoto 
 Sortie :    lundi 17 mars 1997 
 Format :  Album / CD   

The Dismemberment Plan Is Terrified !!! Voilà un titre pour le moins mensonger concernant le deuxième album des quatre de Washington. Développant alors leur rock bizarroïde et déstructuré, les Dismemberment Plan nous montrent plus que jamais que justement ils n'ont peur de rien.
Brassant des influences diverses et variées, ils mélangent le tout à leur sauce et démontrent une personnalité unique et un talent incontestable.
Pas prise de tête pour deux ronds, ce Dismemberment Plan Is Terrified n'est pas non plus un disque que l'on pourrait qualifier de léger. Bien sûr, il y a l'hilarante "Ice Of Boston" qui à l'époque fût presque un succès, il y a la magnifique "Bra" (idéale pour les soirées de beuveries), mais les gars du Dismemberment Plan sont des virtuoses qui ne se laissent pas aller à trop de facilités. Malgré une production un peu brouillonne, les morceaux sont d'une précision chirurgicale. La basse renvoie délicieusement à celle de Joe Lally (et l'ensemble du disque respire Fugazi), les guitares sont criardes, la batterie incisive et le chant de Travis Morrison parfait.
Ils ont beau être terrifiés (!!!), ils n'en gardent pas moins leur nonchalance de jeunes loups et cet album s'avère être une jolie collection de chansons ultra efficace au fort pouvoir de séduction. Il se termine courageusement avec "Respect Is Due", une longue complainte Jazz de douze minutes ou la finesse et la mélodie de la guitare rivalisent avec la puissance de la voix pour un final grandiose et hypnotique.
Sur ce disque, les Dismemberment Plan n'ont pas hésité à tenter toute sorte de choses et à imposer ce qui allait être leur marque de fabrique !!! Il en résulte un album vraiment sympa, à écouter les fenêtres ouvertes !!!


Bon   15/20
par Max


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
Au hasard Balthazar
Sondages
Selon vous, quel intérêt les side-projects offrent-ils au rock indé ?