Crépuscule D'hiver

Par-delà Noireglaces Et Brumes-Sinistres

Par-delà Noireglaces Et Brumes-Sinistres

 Label :     Les Acteurs De L'Ombre 
 Sortie :    vendredi 25 septembre 2020 
 Format :  Album / CD  Vinyle  Numérique   

Encore une formation black métal française signée par Les Acteurs de l'Ombre ? Encore un one-man-band ? Et en plus ils ont le culot de faire un Ulule pour une box en bois à 50 exemplaires numérotés ?
Mais oui ! Et c'est ça qui est bon ! Putain, rien que le nom, Crépuscule d'hiver, c'est black à mort ! Genre Paysage d'hiver et toute la scène canadienne qu'on adore, et l'artwork est tellement somptueux que oui, c'est génial de lancer des projets ambitieux et hyper qualitatifs sur des trucs totalement underground. Bon, je n'ai pas acheté la box mais je me suis fendu d'un t-shirt histoire de soutenir l'initiative, j'ai hâte de le recevoir, il va claquer étant donné que c'est la pochette de Par-delà Noireglaces et Brumes-Sinistres
On en parle d'ailleurs, du digipack ? Le bon vieux triptyque en gros carton, couleurs noir et doré, totalement classieux, à l'image de la musique. Parce que là aussi, c'est ambitieux ! On ne parle pas d'une musique qui expédie le propos dans des compositions de deux minutes. Non ! Le black médiéval de Crépuscule d'hiver s'exprime pleinement au travers de longues (du dix, du douze voire du vingt minutes) compositions, variées, aux changements de thèmes et d'ambiances nombreux. Nombreux et homogènes. Car l'homme sait écrire, il ne se contente pas d'empiler des idées à la va-comme-je-te-pousse, écrire une composition de vingt minutes, ce n'est pas en accoler quatre de cinq minutes, cela demande une réflexion toute autre, toi-même tu sais.
Et j'adore. Ce putain de feeling 90's qui se dégage de chaque note, de chaque mélodie, de chaque hurlement, le mec a parfaitement su se réapproprier les codes d'une époque sans pour autant faire du plagiat éhonté et ça c'est fort. C'est fort parce que tout est réussi sur ce disque : l'esthétique, les textes en français, l'exécution musicale inspirée, pas complexe mais fouillée, et bien sûr la production qui correspond parfaitement au propos, ni trop symphonique casse-burne ni trop raw inaudible. Le juste-milieu, simple, propre, net.
Il va falloir que Crépuscule d'hiver soit solide dans ses jambières pour proposer une suite au moins aussi bonne que cette entrée en matière...


Parfait   17/20
par Arno Vice


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
242 invités et 1 membre :
Happy friday
Au hasard Balthazar
Sondages
En concert, tu n'aimes pas :