Hellbats

One Minute Suicide

One Minute Suicide

 Label :     Kicking 
 Sortie :    lundi 14 septembre 2009 
 Format :  Album / CD   

Décidément, il n'y a vraiment plus aucune raison de douter de la qualité de la scène rock et metal française actuelle, ni même d'avoir peur d'une quelconque comparaison avec les pointures internationales: Hellbats en apporte la preuve flagrante.
Production impeccable, claire et puissante, signée Francis Caste (Kickback, The Arrs), pochette originale, ce One Minute Suicide a tout pour séduire.
Musicalement, Hellbats se situe quelque part entre un metal roots à la Motörhead, le punk hard core pour ses refrains toujours mélodiques scandés en groupe et le gros rock'n roll, celui qui est bien noir de crasse sous les ongles et qui fleure bon le cambouis et l'essence.
Nous ne sommes donc certes pas dans la grande subtilité musicale, mais l'efficacité indéniable des riffs ("Ouverture: A Beautiful Death", "One Minute Suicide"), la voix rocailleuse mais néanmoins modulée et l'aspect soigné des solos rendent ce groupe immédiatement sympathique.
Davantage orienté "soirée beuverie" que "profanation de cimetière", Hellbats propose sur chacun des dix titres (neuf, si l'on enlève l'interlude) une franche bonne humeur, virile façon bûcheron en virée dominicale, tout en démontrant un véritable professionnalisme dans sa façon d'appréhender la composition, qui ne laisse pas de place à l'approximation.
On imagine aisément que les chansons sont avant tout taillées pour la scène et qu'un titre comme "Kiss The Viper" doit très facilement enflammer les salles tant son énergie est communicative.
Pour être totalement objectif, je reprocherai juste à cet album un léger manque de nuance qui fait que l'on a parfois l'impression d'entendre les mêmes plans se répéter, mais cela est probablement dû au fait que j'écoute le skeud pour en faire une chronique, alors qu'il me semble clair qu'il est fait pour s'éclater dessus ! A fond en soirée, au cours d'une virée en bagnole ou définitivement live...
Quoi qu'il en soit, je recommande fortement à la population rock de se procurer ce "One Minute Silence", ou d'aller supporter les Hellbats en concert dès que l'occasion se présentera, car on risque d'entendre parler d'eux ! Personnellement, je place cette galette entre celles de Phazm et Dean Dirg, et reconnaît la très bonne qualité de ce (déjà) troisième effort !

Je vais ensuite profiter de cette chronique "made in France" pour rendre hommage à toute une scène underground des années 90 qui, en dépit d'une presse généralement exécrable à son encontre car toujours occupée à la comparer à ses homologues anglo-saxons notamment, a toujours proposé des groupes fabuleux et activistes qui ont largement contribué à donner au rock français ses lettres de noblesse... Vous excuserez la liste "à la Prévert" qui suit et qui mélange allègrement tous les styles, mais je suis sûr que quiconque ayant déjà plongé dans cette scène à cette époque y retrouvera un groupe qui lui avait bien claqué les oreilles...
En vrac, merci pour tout ce qu'ils ont fait à: Loudblast, Massacra, Mercyless, No Return, Portobello Bones, Fisherman, X Rated X, Belly Button, Cut The Navel String, Supuration, Elend, Lofofora, Proton Burst, Agressor, Crusher, Misanthrope, Kill the Thrill, Distant Winter, Parkinson Square, Burning Heads, Treponem Pal, Lagony, les Thugs, Thompson Rollets, et j'en oublie des centaines qui, en dépit du manque de structure et de soutien public et/ou média ont persévéré et sont parvenus à se hisser à un statut international. Respect à eux. \m/


Bon   15/20
par Arno Vice


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
189 invités et 1 membre :
X_Lok
Au hasard Balthazar
Sondages
Levé du mauvais pied, je suis plutôt "réac'n roll" : Ras-le-bol...