The Walkmen

Everyone Who Pretended To Like Me Is Gone

Everyone Who Pretended To Like Me Is Gone

 Label :     Talitres 
 Sortie :    mardi 02 septembre 2003 
 Format :  Album / CD   

Il y a des années déjà, "Satisfaction" (un titre de Devo ou de Cat Power ?) avait fini par convaincre de l'une des forces du rock. Il est l'expression de certaines frustrations et de tant de désirs inassouvis... Et là, la rage explose librement, comme une libération. Bon, voilà une porte ouverte enfoncée !
En fait, The Walkmen témoigne ici de l'étape précédente ! Juste avant l'explosion. Souvent, d'un bon album, on dit : "Il m'a mis une fameuse claque". Everyone Who Pretended To Like Me Is Gone serait donc l'instant qui précède ce coup.

Dès les premières notes et la batterie, placée bien en avant, qui engage le morceau initial et sur laquelle va ce poser une voix ‘terrible', on réalise que l'album sera sec et tendu. Durant l'écoute, on s'attend, à tout moment, à cette explosion qui suit naturellement une telle tension. Elle ne viendra jamais et c'est toute la force de l'album. Il tient sur le fil du rasoir.
Ici, la musique est comme étouffée, la rage retenue mais bien présente. Puis, par moment un coup de cymbale, la sonorité étrange de l'orgue ou simplement une tournure particulière déstabilise, frappe...

Un premier album vraiment enthousiasmant pour les Walkmen !


Excellent !   18/20
par Thibaut


 Moyenne 18.00/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 30 mars 2006 à 20 h 56

The Walkmen est le genre de groupe 'indépendant', dans le vrai sens du terme, et non comme on l'utilise a tord et a travers. C'est-à-dire qu'ils ne suivent pas de règle, ils ont les leurs. Leurs marques de fabrique : un son de vieux piano déglingué où la pédale forté est resté bloquée, une batterie avec une reverb a fond, une basse qui vous fait vibrer, et une voix lancinante, fuyante virant parfois a la voix d'un alcoolique chantant des chansons paillardes. Tout ceci construit une atmosphère planante et triste autour des mélodies, et on se laisse griser... Un moment d'introspection personnelle, de mélancolie purificatrice.

On pourra toutefois reprocher au groupe de ne pas se renouveler, et d'appliquer la même sauce à tous les morceaux (ce qui est frappant dans le deuxième album Bows And Arrows) et la voix du chanteur qui peut à la longue agacer par le ton qu'il prend. Mais après tout, après avoir pris cette signature, difficile de s'en détacher, sans tout transformer. Rassurons-nous, le temps d'un album, l'indigestion n'est pas au rendez-vous.

Everyone Who Pretended To Like Me Is Gone est donc un excellent cd, ou The Walkmen ont trouvé dès le premier album leur voie à eux, une musique touchante et planante.
Excellent !   18/20







Recherche avancée
En ligne
254 invités et 1 membre :
Zebulon
Au hasard Balthazar
Sondages
Si je vous dis beauté féminine vous me répondez ?


Elysian Fields
Emily Haines
Emiliana Torrini
PJ Harvey
Mazzy Star
Blonde Redhead
Cat Power
Peaches