Rammstein

Reise Reise

Reise Reise

 Label :     Motor Music 
 Sortie :    lundi 27 septembre 2004 
 Format :  Album / CD   

De nuages en marécages, de vents d'Espagne (où a été produit l'album qui va nous concerner ici) en pluie d'Equateur, le parcours de Rammstein n'aura pas été de tout repos en 10 ans d'existence. Malgré un succès croissant, les longues tournées spectaculaires et les scissions artistiques ainsi que les conflits de connards entre les membres auront bien failli avoir raison de l'avenir de notre sextet aux muscles saillants.

Reise, Reise aurait pu en effet ne jamais voir le jour: la main mise de Richard Z.Kruspe s'avérant être un véritable problème, il a fallu une véritable mise au point. Celle-ci effectuée, Till, Richard, Christian, Oliver, Christoph et Paul mettent en commun leurs désirs, laissent tomber leurs querelles et se mettent rapidement au boulot. Au final, l'écoute de ce quatrième album retranscrit en effet une impression plus harmonieuse, avec moins de tension et plus d'équilibre.
Musicalement, les choses ont peu évolué: le système en place est toujours le même avec grandiloquence, mains de fer, sentiments exaltés, lourdeur métallique et poésie, tout en s'accordant des petits écarts stylistiques ("Los", digne du générique de la série Le Rebelle avec Lorenzo Lamas), et la présence d'instruments plus traditionnels tels que l'accordéon ("Moskau", "Reise, Reise"").

Le groupe regarde davantage le monde qui l'entoure, au d'ssus des capitales et des idées fatales (le dyptique "America" / "Moskau"), tout en revenant à son port d'attache romantique des débuts (la fin du disque avec "Ohne Dich", "Amour"), et résonne plus que jamais au plus proche de lui-même. Toujours capable d'être agressif et choquant ("Mein Teil", délivré en tant que premier single), efficace comme jamais pour enflammer les stades ("Moskau", "Keine Lust") et encore délicat comme un tractopelle ("Morgenstern"), Reise, Reise est peut-être le dernier album encore pleinement satisfaisant de Rammstein. On sent, malgré cet équilibre et cette harmonie, le groupe faire quelques appels de pieds parfois un peu putassiers (justement sur "Amerika", un peu facile, dont le groupe reproduira malaisément la formule avec "Pussy" sur l'album suivant et "Moskau" dont la voix féminine rappelle un peu trop celles des filles de T.A.T.U.)

Cela dit, Reise, Reise conserve son lot de petites fulgurances et de moments agréables pour tout amateur de Rammstein: les solos déchirants sur le final d'"Amour", la puissance de "Morgenstern", la décontraction de "Los" et des singles toujours efficaces n'étant que quelques exemples de cette force encore présente, et définitivement en phase avec elle-même.


Très bon   16/20
par Machete83


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
129 invités et 1 membre :
R.i.p Auckward
Au hasard Balthazar
Sondages
Les Pochettes de disques, elles vous font quel effet ?