Ulver

The Assassination Of Julius Caesar

The Assassination Of Julius Caesar

 Label :     House Of Mythology 
 Sortie :    vendredi 07 avril 2017 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

La seule chose de réellement surprenante avec Ulver c'est qu'il y ait encore des gens pour être surpris par ses choix musicaux. Car quiconque a suivi le groupe sait que pour lui rien n'est immuable et que les Norvégiens ne reconnaissent aucune frontière musicale. Aujourd'hui la Synth-Pop, demain de la Salsa peut-être, peu importe : il y aura toujours le talent pour transfigurer le genre.
Moi, en écoutant The Assassination of Julius Caesar, j'ai pensé à And One, à VNV Nation, à Covenant, à Depeche Mode, même à Mike Patton sur le sublime refrain de "Rolling Stone", soit toute une vague de groupes (à part Patton) qui ont connu leur apogée dans les années 90. Je suis en terrain connu, rien ne me gêne tant les compositions sont formidables : la mélancolie sublime de "Nemoralia", le final dancefloor de "So Falls The World", la magie de "Rolling Stone" donc, au final bruitiste parfait, les sonorités 100% années 80 de "Southern Gothic" et sa mélodie digne d'un Talk Talk, tout me paraît absolument merveilleux. Sans compter le chant, parfait, de Kristoffer Rygg : ce mec est génial, comment fait-il pour systématiquement, quel que soit le style pratiqué, sonner aussi juste, être parfaitement à sa place ? Quel putain de feeling dans les lignes vocales ! "Angelus Novus" merde, quand même ! comme dirait Manu la tremblotte...
Bon, c'est vrai qu'à titre personnel j'aurais aimé un peu plus de patate, que ça claque plus côté EBM et moins New Wave, "Transverberation" et "1969" me semblant un peu en deçà. Mais faut vraiment aimer chipoter parce que ça faisait tellement longtemps que je n'avais pas écouté un disque d'Electro capable de m'émouvoir (Judgment de VNV Nation ça parle à qui ici ?), avec en prime un finish digne de Laibach ("Coming Home"), qu'il serait très mal venu de cracher dans la soupe.
Avec The Assassination of Julius Caesar Ulver fout un ranger dans le monde fermé de l'Electro et renvoie directement tout le monde au vestiaire : un grand disque pour des géants de la musique.


Parfait   17/20
par Arno Vice


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
292 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Finalement, au vu des projets nés après leur désunion, vous êtes très content qu'ils aient splité:


At The Drive-In
Atari Teenage Riot
Big Black
Black Flag
Diabologum
Faith No More
Fu Manchu
The God Machine
The Murder City Devils
Refused