Daniel Johnston

Paris [Café De La Danse] - dimanche 05 juin 2005

Daniel Johnston
Jamais un concert ne m'a laissé avec une aussi forte impression de ne pas savoir quoi en penser.

Après une première partie sans grande surprise, mais assez sympa (enfin sur 2-3 chansons) assurée par Sleepy Dog (une chanteuse belge en solo avec piano ou guitare), on sent l'impatience monter dans la salle.
Personnellement, je ne connaissais ses morceaux que depuis l'excellente compilation hommage sortie fin 2004, où l'on se rendait compte que si ses instrumentations étaient parfois un peu bancales, ses chansons étaient par contre des merveilles mélodiques. Qu'allait-il donc donner en solo sur scène ?

Daniel Johnston arrive sur scène vêtu d'un vieux jogging et d'un T-Shirt troué et tâché, l'étui à guitare dans une main, la bouteille de coca dans l'autre (il prendra soin de boire un verre entre toutes les chansons! ) et un cahier avec les paroles et accords de ses chansons sous le bras. Puis il entame son set par des chansons avec la dite guitare. Tout son univers est bien là : une guitare désacordée, un jeu des plus simplistes, un chant approximatif ... et pourtant, on ne peut s'empêcher d'être admiratif devant la simplicité et la beauté des chansons de ce type, rongé par la maladie mentale ! On sent d'ailleurs dans le public une certaine tension, la peur qu'une crise arrive sans doute. Du coup, les applaudissements entre les chansons se font plus entendre que d'habitude.
La deuxième partie du concert se déroulera au piano, qui heureusement lui, était accordé. Un très joli moment, conclu par le magnifique "True Love Will Find You In The End".

L'énorme frutstration de ce concert ? La durée : 40 minutes. L'horrible sensation qu'on allait assister à quelque chose de grand, mais qu'on en a eu que l'embryon.
Entre "Exceptionnel" (les chansons) et "Mauvais" (le jeu de guitare, le chant, et surtout la durée), "Correct" donc.


Correct   12/20
par Francislalanne


  Photo par Francislalanne.


 Moyenne 14.50/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 25 juin 2005 à 20 h 17

Je ne m'étendrais pas sur la laborieuse première partie (Sleeping Dog). On se demande bien par quel hasard elle s'est retrouvée face au public de Daniel Johnston.
On s'impatiente donc. Daniel Johnston arrive avec sa guitare. Il joue une première partie de concert à la guitare donc.
Son jeu est brut, voire brutal. C'est assez éloigné des orchestrations de ses disques (comme "Fun" , par exemple). Ici on est dans le brut de fonderie, un peu comme le jeu de guitare de Son House ou de certains morceaux punk rock. C'est limite faux, mais tellement 'juste'.
Puis il termine son spectacle avec des chansons au piano. Jamais les paroles ne sont aussi bien ressorties que sur scène. Pour moi, c'était une très bonne sensation de retrouver ces chansons archi écoutées, dans des nouveaux habits loin d'être neufs. Et c'est justement ça qui en a gêné plus d'un dans le public.
Mes amis sont divisés ... aussi à cause de la durée du concert. 35mn à tout casser, c'est assez court. Mais étant donné l'intensité du concert, je ne regrette pas d'y être allé. Un très bon moment.
Parfait   17/20





Recherche avancée
En ligne
175 invités et 1 membre :
Immune
Au hasard Balthazar
Sondages
Les concours sur XSilence, vous en pensez quoi?