Lali Puna

Paris [Nouveau Casino] - samedi 05 juin 2010

 Lali Puna
A mon grand dam, il n'y aura pas de Furia Sound Festival cette année. Les bavarois de The Notwist me passent une fois de plus sous le nez, me laissant l'amère impression que je ne pourrais jamais goûter à leur nectar autrement que sur galette. Lali Puna, également programmés, trouvent eux cependant un foyer de substitution au Nouveau Casino pour le même soir. Il aurait été dommage de voir la dernière date de leur tournée Our Inventions s'échouer de la sorte. La nouvelle est d'un grand réconfort, car c'est aussi du Morr Music que j'aime comme un damné.

Lali Puna sur scène c'est quelque chose. Une immobile et insubmersible beauté. Droite. A l'épiderme froid craquelé de minuscules fêlures mais hermétique sous tous les angles. Et pourtant des ces quatre statues se dégage une profusion de vie d'une force et d'une énergie étonnante. Rayonnant par delà les apparences. Valerie Trebeljahr plantée derrière son clavier, le regard fuyant comme craintif, s'envole dans les airs laissant derrière elle cette pudeur physique qui sommeille sous nos yeux. Les textes minimalistes deviennent encore plus percutant, suivant un Christophe Brandner dans une forme olympique s'éreintant derrière ses fûts. Aidé de Christian Heiss derrière son attirail de manettes il parvient sans peine à faire vrombir puissamment des tubes comme "Small Things" tonitruant, "Call 1-800 Fear" d'une rare férocité ou "Remember" unissant les voix spectrales de Valérie et Markus Acher. La pression monte sans que rien ne transparaisse et l'ensemble des morceaux joués ce soir bénéficie de cette amplitude sonore. "Grin And Bear" et "Micronomic" soulèvent la foule et ce bon vieux Markus dansant comme un diablotin sort de sa basse le fantastique B-side "Past Machine" d'une ivresse glaçante. De mon côté j'explose dans ma bulle des les premières notes de l'excellentissime "Scary World Theory" et de "Everywhere & Allover" survitaminé ressorti de Tricoder. Lali Puna fait de son répertoire maladif et lunaire des hymnes à faire danser les morts. Qui l'eût cru ? Et quel délice.

Alors que Our Inventions faisant espérer un retour à des trames plus calmes et douces, les allemands se décrassent subtilement de cette image en montrant une facette live bluffante. Sans faire de vague, toujours dans une économie esthétique, le quatuor se métamorphose à travers le seul pouvoir évocateur de leur électro pop appuyée et affirmée jusqu'à la rendre saisissante. Plus rien ne sera comme avant.


Parfait   17/20
par TiComo La Fuera


  Photo par TiComo La Fuera


Setlist

Future Tense
Move On
Everything Is Always
Micronomic
Safe Tomorrow
See The Wood For Trees
Call 1-800-Fear
Small Things
Everywhere & Allover
Scary World Theory
That Day
Our Inventions
Remember
Grin And Bear
>>>>>

Faking the Books
Left Handed
Past Machine


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
88 invités et 1 membre :
Naum
Au hasard Balthazar
Sondages
Dans l'idée d'une playlist thématique mais néanmoins hebdomadaire, vous préférez :