Gotan Project

Cahors [Allée Fénelon] - samedi 29 mai 2010

 Gotan Project
Je fuis Bordeaux en ce début de week-end direction Cahors pour son festival Visages d'Argentine. Enfin surtout pour ses invités de choix : Gotan Project. Trois heures de route plus tard je me retrouve dans cette ville perdue au milieu de nulle part. Pas trop le temps de profiter des festivités surtout avec cette pluie fine. Heureusement, les ondées se calment à la tombée de la nuit qui marque le début du concert. La scène trône Allée Fénelon, entourée de palissades pour que les 3000 privilégiés restent ceux qui ont leur billet, quitte à être parqués comme du bétail dans cet enclos métallique branlant. L'Argentine nous a plutôt habitués à l'élevage extensif... En réalité, le grand espace se trouve sur scène : un décor inexistant excepté un écran géant fait de fils, une distance physique entre les acteurs de la soirée et psychique avec le public. Le trio n'a pas su combler les vides de Tango 3.0 (joué dans sa quasi-totalité) sur scène et les autres albums en font aussi les frais. Gotan Project est maintenant un phénomène comme les autres qui joue avec ennui et nonchalance. Leur musique qui incite normalement au corps à corps dans le sens sensuel du terme fait place ici à la solitude et à la lassitude. Leur enthousiasme est rodé, les speechs tous faits. Difficile d'apprécier dans ce climat mes premières amours. "Epoca" est affublé d'un gros beat qui le ralentit dans sa prise d'envol, "Queremos Paz" reste à l'état embryonnaire durant le dub "Mil Miliones". Lunático semble quant à lui avoir été boudé pour cette tournée... Le climat est encore plus étrange puisque le public est constitué en grande majorité de locaux qui profitent du diversement (et ils auraient tort de s'en priver) sans porter vraiment un intérêt au groupe. L'ambiance est donc mollassonne de ce côté de la scène aussi. Quelques morceaux sortent néanmoins du lot à l'instar de "Tango Square" ou "Rayuela", du moins le seul plaisir de les voir se répandre en plein air me redonne du baume au cœur. Idem pour "La Gloria" durant lequel l'écran géant dévoile deux frisés faisant jaillir du sable à chacun de leur mouvement. Car en définitive, même si le set n'est pas anecdotique (il est d'ailleurs le même sur toute leur tournée), il s'apprécie davantage en tant que bande son des projections qui révèlent bien mieux la sensualité, l'esthétisme et l'étendu artistique des œuvres de Gotan Project. Et sauvent de ce fait un peu la donne. Un coup d'œil de temps en temps au bandonéoniste, à la joueuse de violon cornet. Ils jouent impeccablement. Il n'y a rien à redire. Les ondes d'Astor Piazzolla sont là. Ca se sent. Mais elles sont défraîchies. Le groupe joue à présent un tango lointain et nous berce d'illusions. Très peu pour moi.


Correct   12/20
par TiComo La Fuera


  Setlist :
Cuesta Abajo
Epoca
Divan
Tango Square
Rayuela
Una Musica Brutal
Tu Misterio
De Hombre A Hombre
Toda Mi Vida
Mi Confession
La Gloria
Diferente
La Musica De Siempre
El Mensajero
Panamerica/Triptico/Panamerica
>>
Mil Milliones/Queremos Paz
Desilusion
Peligro
Santa Maria (Del Buen Ayre)
>>
Imigrante




Photo par TiComo La Fuera.


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
95 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Tu as le droit d'effectuer un seul voyage spatio-temporel, où est-ce que tu vas ?