The Herbaliser

Bordeaux [4 Sans] - samedi 25 octobre 2008

The Herbaliser
The Herbaliser termine ce soir sa tournée française à Bordeaux. J'attends comme à mon habitude un bon petit quart d'heure en avance devant le 4 Sans au cas où il y aurait foule. Pour ce qui est du monde, il viendra surtout pendant la première partie Refractory bon groupe de down tempo et de hip hop au passage. Et c'est donc quelques minutes avant d'entrée dans la salle que je remarque l'affiche de la tournée du groupe londonien sur lequel est rajoutée une affichette indiquant qu'il y aurait sept musiciens sur scène. Ma peur de trouver un set simplement animé par le duo s'estompe alors. Je suis ravi d'avance de savoir qu'il y aura un vrai groupe sur les planches ce soir comme celui qui s'est formé autour de Jake Wherry et Ollie Teeba pour Same As It Never Was. Mais cette nouvelle éveille à son tour une autre crainte, celle de voir une prestation centrée autour du dernier opus. Et c'est là que le bât blesse.

Mes soupçons se voient malheureusement corroborés dès les premiers instants. The Herbaliser, tout de costards vêtus, confirme son virage soul funk et range définitivement son électro trip hip hop. Pour cela ils ont convié Jessica Greenfield à les rejoindre pour leur tournée avec sa robe stylisée rapiécée laissant apparaître plus de bouts de chair qu'elle en cache. Dans cette configuration, le septet joue alors tous les titres du nouvel album excepté ceux qui nécessitent l'intervention d'autres guests que Jess (donc très peu). Un régal lorsque le set débute avec un "Same As It Never Was" cuivré explosif, meilleure intro qui soit pour un rapide tour d'horizon de tous les musiciens présents. Le jeu de Andy Ross, véritable touche à tout (flûte traversière, saxo ténor et bariton) est magnifique. Il enchaîne des déferlantes de soli, section cuivres à lui tout seul, quoi qu'aidé par le trompettiste Ralph Lamb dans sa tâche. Un Lamb qui bidouille également le clavier Moog aux côtés d'Olivier Parfitt, caché derrière ses grosses lunettes glacées à la Big Lebowsky, et fait le show si bien que l'on oublié les deux piliers de West London, très discrets au demeurant. L'imposant Wherry ne paie pas de mine derrière sa basse et Teeba, aux platines, ressort par instants lors de sessions scratch ("Theme From Control Center") en appui de profil comme s'il dévalait une pente de snowboard. Cependant la suite s'essouffle rapidement prise au piège dans un format 'big band' reposant sur plus ou moins le même schéma blues funk rappelant parfois The Blues Brothers, les costumes n'arrangeant pas les choses ("Clap Your Hands"). On regrette aussi l'interprétation tout en force de la chanteuse qui manque de nuances et de féminité avec sa mâchoire d'acier qui s'offrira en plus "Shattered Soul" dans une version légèrement en deçà de l'original. Les compositions n'ont pas de griffe particulière, un son prédominant qui fait penser instinctivement à The Herbaliser. D'ailleurs on se demande même quel a été leur travail de composition dans ce rendu jazz soul vu que sans les cinq autres musiciens il ne resterait pas grand chose. On se dit qu'une autre formation aurait bien pu faire la même chose. C'est peut-être pour cela que la courte prestation déçoit d'autant plus qu'elle est noyée dans un volume sonore beaucoup trop élevé. Heureusement quelques anciens titres profitent de l'occasion pour de se faire lustrer comme l'excellent Geddim'!! de Take London, The Sensual Woman ou The Missing Suitcase avec là encore un grand Ross, même si dans l'ensemble ils restent en accord avec le registre adopté par Same As It Never Was. Enfin, ce concert bien qu'en demie teinte m'aura permis en tout cas d'après une des nouvelles compositions du groupe sur laquelle je ne m'étais pas assez penché : "Stranded On Earth" véritable petit bijou soul trip hop idéal pour ouvrir un rappel qui s'est refermé on ne peut trop brusquement.

La soirée n'a pas été mauvaise mais pas grandiose non plus. J'aurais certes du écouté plus attentivement leur dernier disque avant de me précipiter les voir. Et encore, l'envie était bien trop forte pour ne pas me laisser tenter, pour espérer que les anglais feraient contre toute attente un splendide show. Mais bon, cela a au moins été l'occasion de dire j'ai vibré face au groupe britannique et c'était plutôt sympa.


Sympa   14/20
par TiComo La Fuera


  Photo par l'auteur

Setlist :

Same As It Never Was
Amores Bongo
Can't Help This Feeling
The Sensual Woman
Geddim'!!
Ginger Jumps The Fence
Blackwater Drive
You're Not At All
Step Up
Shattered Soul
Clap Your Hands
Theme From Control Center
The Missing Suitcase
>>
Stranded On Earth
Hard To Handle
On Your Knees


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
112 invités et 1 membre :
Chpels
Au hasard Balthazar
Sondages
Pour toi, la réponse à la grande question sur la Vie, l'Univers et le Reste est :