Forum =Léo Ferré=
Les milles et une merveilles de Léo Ferré
 


Posté le 14 mai 2018 à 17 h 54m 22s

Par contre les grenouilles sont cons comme des boulons, j'ai compris ça au palais de la découverte

http://www.palais-decouverte.fr/fr/vous-etes/ensei ... -primaire/


Posté le 14 mai 2018 à 19 h 09m 47s

@Nova: tu imagines bien que si Ferré se réduisait à son anarchisme, je ne le placerais pas tout en haut de mes préférences musicales ah ah Non, ce côté anar c'est une réalité, mais il est infiniment plus, et même en tant qu'anar il échappait aux règles. C'était vraiment un mec inclassable et unique, plein de poésie, d'une farouche indépendance d'esprit. Et c'était pas la même époque que maintenant; lui a commencé en 1954 c'est vieux quand même, c'est l'époque de Vian, Piaf etc quoi... Et même dans les thèmes, l'anarchie est mineure, c'est en fait un vrai romantique, dans ce que ça a d'impoli, intense, outré et basé sur le sentiment. Et son amour des mots...c'est un orgasme en roue libre hyper jouissif!


Posté le 15 mai 2018 à 14 h 40m 59s

Ah bah putain je suis super synchro sans le savoir avec l'ouverture de ce fil de discussion... Le label de son fils "La Mémoire Et La Mer" n'avait rien publié depuis 10 ans...et là il sortent une première édition de trucs enregistrés en 1977!
Voici le lien:
https://leo-ferre.com/disques/je-parle-a-nimporte-qui


Posté le 06 novembre 2018 à 23 h 51m 05s

Découverte d'une énième merveille de Ferré, la mise en musique de La Ballade des Pendus de François Villon, sur son album "La Violence et L'Ennui" paru en 1980. Encore un coup aux tripes:
https://www.youtube.com/watch?v=m91kHnqQEis

Le poème:

Frères humains qui après nous vivez
N'ayez les cueurs contre nous endurciz,
Car, ce pitié de nous pouvres avez,
Dieu en aura plustost de vous merciz.
Vous nous voyez cy, attachez cinq, six
Quant de la chair, que trop avons nourrie,
Elle est pieça devorée et pourrie,
Et nous les os, devenons cendre et pouldre.
De nostre mal personne ne s'en rie:
Mais priez Dieu que tous nous veuille absouldre!

Se frères vous clamons, pas n'en devez
Avoir desdaing, quoyque fusmes occiz
Par justice. Toutesfois, vous sçavez
Que tous hommes n'ont pas bon sens rassiz;
Excusez nous, puisque sommes transsis,
Envers le Filz de la Vierge Marie,
Que sa grace ne soit pour nous tarie,
Nous preservant de l'infernale fouldre
Nous sommes mors, ame ne nous harie;
Mais priez Dieu que tous nous vueille absouldre!

La pluye nous a debuez et lavez,
Et le soleil dessechez et noirciz:
Pies, corbeaulx nous ont les yeulx cavez
Et arrachez la barbe et les sourciz.
Jamais nul temps nous ne sommes assis;
Puis ca, puis la, comme le vent varie,
A son plaisir sans cesser nous charie,
Plus becquetez d'oiseaulx que dez à couldre.
Ne soyez donc de nostre confrairie;
Mais priez Dieu que tous nous vueille absouldre!

Prince Jhésus, qui sur tous a maistrie,
Garde qu'Enfer n'ayt de nous seigneurie:
A luy n'ayons que faire ne que souldre.
Hommes, icy n'a point de mocquerie;
Mais priez Dieu que tous nous vueille absouldre!

---[Edité le 07/11/2018 à 00 h 02 par Pab]---

Posté le 04 juin 2019 à 01 h 48m 05s

Mon Ferré du moment, un morceau pas très connu en mode triste et au texte beau et ambigü:
https://www.youtube.com/watch?v=JI1DiBWftDA

Et une autre bien plombante mais merveilleuse
https://www.youtube.com/watch?v=rd-GE-VFhpM

---[Edité le 04/06/2019 à 03 h 22 par Pab]---

Posté le 22 septembre 2019 à 22 h 08m 03s

Mon Ferré du moment, un de ses classiques, un direct aux tripes, un de plus:

La mémoire et la mer
https://www.youtube.com/watch?v=uGbSYohHcio

La marée je l'ai dans le cœur
Qui me remonte comme un signe
Je meurs de ma petite sœur
De mon enfant et de mon cygne
Un bateau ça dépend comment
On l'arrime au port de justesse
Il pleure de mon firmament
Des années-lumière et j'en laisse
Je suis le fantôme Jersey
Celui qui vient les soirs de frime
Te lancer la brume en baisers
Et te ramasser dans ses rimes
Comme le trémail de juillet
Où luisait le loup solitaire
Celui que je voyais briller
Aux doigts du sable de la terre

Rappelle-toi ce chien de mer
Que nous libérions sur parole
Et qui gueule dans le désert
Des goémons de nécropole
Je suis sûr que la vie est là
Avec ses poumons de flanelle
Quand il pleure de ces temps-là
Le froid tout gris qui nous appelle
Je me souviens des soirs là-bas
Et des sprints gagnés sur l'écume
Cette bave des chevaux ras
Au ras des rocs qui se consument

ô l'ange des plaisirs perdus
ô rumeurs d'une autre habitude
Mes désirs dès lors ne sont plus
Qu'un chagrin de ma solitude

Et le diable des soirs conquis
Avec ses pâleurs de rescousse
Et le squale des paradis
Dans le milieu mouillé de mousse
Reviens fille verte des fjords
Reviens violon des violonades
Dans le port fanfarent les cors
Pour le retour des camarades
ô parfum rare des salants
Dans le poivre feu des gerçures
Quand j'allais géométrisant
Mon âme au creux de ta blessure
Dans le désordre de ton cul
Poissé dans les draps d'aube fine
Je voyais un vitrail de plus
Et toi fille verte mon spleen

Les coquillages figurants
Sous les sunlights cassés liquides
Jouent de la castagnette tant
Qu'on dirait l'Espagne livide
Dieu des granits ayez pitié
De leur vocation de parure
Quand le couteau vient s'immiscer
Dans leur castagnette figure
Et je voyais ce qu'on pressent
Quand on pressent l'entrevoyure
Entre les persiennes du sang
Et que les globules figurent
Une mathématique bleue
Dans cette mer jamais étale
D'où nous remonte peu à peu
Cette mémoire des étoiles

Cette rumeur qui vient de là
Sous l'arc copain où je m'aveugle
Ces mains qui me font du flafla
Ces mains ruminantes qui meuglent
Cette rumeur me suit longtemps
Comme un mendiant sous l'anathème
Comme l'ombre qui perd son temps
à dessiner mon théorème
Et sur mon maquillage roux
S'en vient battre comme une porte
Cette rumeur qui va debout
Dans la rue aux musiques mortes
C'est fini la mer c'est fini
Sur la plage le sable bêle
Comme des moutons d'infini
Quand la mer bergère m'appelle




   1  2 
:: Fiche artiste :: Liste forums :: Liste sujets :: 
Recherche avancée
En ligne
170 invités et 1 membre :
R.i.p Auckward
Au hasard Balthazar
Sondages
Dans l'idée d'une playlist thématique mais néanmoins hebdomadaire, vous préférez :