Minor Victories

Minor Victories

Minor Victories

 Label :     Fat Possum, [PIAS] 
 Sortie :    vendredi 03 juin 2016 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Qui dit supergroupe ne dit pas forcément super album. Faut le savoir. Prenons l'exemple de SuperHeavy. Personne ne se souvient je pense, de cet assemblage contre nature, toutes générations confondues, avec Mick Jagger, Joss Stone, Dave Stewart et Damian Marley dedans.
Tout le monde a encore en tête par contre, le chant de cygne de Lou Reed acoquiné avec Metallica, ou plus récemment AC/DC avec Axl Rose. Mais il y a aussi du bon forcément, comme par exemple The Dirty Mac, formation au casting imparable qui n'a duré que le temps d'un show tv pour la BBC (The Rolling Stones Rock'n'Roll Circus en 1968, jamais diffusé jusqu'en 1996) ou Heron Oblivion dont le (génial) premier album est sorti cette année.

Le (super)groupe qui nous intéresse aujourd'hui compte dans ses rangs Justin Lockey (Editors), son frère le réalisateur James Lockey, mais aussi Rachel Goswell (Slowdive) et Stuart Braithwaite (Mogwai). Maintenant que les présentations sont faites, il est temps de se poser la vraie question qui importe. Cet album éponyme est il à la hauteur de son casting ?

"Give Up the Ghost" pose les bases d'une alchimie réussie. Forcément, les guitares sont en avant, le shoegaze n'est vraiment pas loin, la rythmique se fait lourde, poisseuse, mais pas répétitive pour autant, la force du groupe (et du disque) réside en partie dans la qualité de ses mélodies addictives, les trouvailles sonores d'un "A Hundred Ropes" qui a la bonne idée de ne pas s'éterniser pour rien, c'est concis, direct. Le douce voix de Rachel se fond à merveille parmi les trouvailles musicales (quelle idée géniale d'avoir intégrer des cordes), et quand elle partage le micro avec des invités de choix, on se dit que l'album aurait très bien pu sortir en 1992.
Sans rire, écouter "Scattered Ashes (Song For Richard)" en duo avec James Graham (de Twilight Sad), ce tube aurait sa place sur les innombrables compiles pleines de tubes de l'époque. Bon, c'est un peu le cas de tout l'album, on est en pleine régression (ou revival, peu importe) et le groupe caresse dans le sens du poil le féru de shoegaze resté bloqué à cette époque.

Petite bulle enchantée au coeur de la face b, "For You Always", délicat duo avec Mark Kozelek rythmé par une partie de ping pong accélérée sur un xylophone (si,si, j'vous jure), nous mène vers le tendu "Out Of The Sea", superbe montée en apnée de plus de quatre minutes (quand je disais que le groupe savait être concis) pour arriver aux deux dernières pistes de l'album, démonstrations de savoir faire avec cette ingénieuse ligne de basse au Karimba (je pense) sur "The Thief" avant son final grandiose, et de finir ce premier album de Minor Victories sur "Higher Hopes", météore sonique à la beauté glaçante, qui là pour le coup prend son temps, s'étire comme il faut... Superbe.

Supergroupe ne veut pas forcément dire super album comme je disais plus haut. Mais ici, c'est vraiment le cas, l'alchimie magique qui opère tout au long de ce disque est rare, et même si forcément il reste bloqué dans les 90's il s'avère être l'un des grands albums de 2016, que l'on connaisse les précédents groupes de ces membres ou non, aucune faute de goût, pas de titre dispensable, et même pour toi, toi le type revenu de tout, le blasé qui dit maîtriser son shoegaze sur le bout des doigts, essaie ce disque, tu ne seras pas déçu.


Excellent !   18/20
par X_Lok


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
63 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Combien dépensez vous par mois pour vos disques