Tommy Genesis

World Vision

World Vision

 Label :     Awful 
 Sortie :    jeudi 02 juillet 2015 
 Format :  Album / Numérique   

J'ai toujours été curieux. Je crois. Dans le bon sens du terme. Je pense. Et ça, dans pas mal de domaines. Si tu prends la musique par exemple, j'ai toujours aimé voir qui produisait tel album, pour aller voir ces trucs à lui, ce qui amène souvent de belles découvertes, comme dernièrement Jam City, écouté car il produit pas mal de titres de Kelela. Outre les producteurs, j'aime bien les featuring aussi. Essayer voir si c'est un one shot ou s'il/elle fait des trucs de son côté. Quelque fois c'est immédiat, comme la découverte du collectif 070 à travers 070 Shake, qui apparaît sur le Ye de Kanye. Et parfois, ça prend un peu plus de temps, on écoute un titre sans y prêter attention, et il suffit d'une fois pour se poser les bonnes questions.

Je me réécoutais l'Ep Princess d'Abra, et le début de la face B m'interpella d'un coup. Retournant la pochette, je découvre que la rappeuse qui accompagne la darkwave duchess sur "Big Boi" est une dénommée Tommy Genesis. De clips en soundcloud, je me rends compte que la canadienne a pas mal de titres à son actif, et qu'un premier album/mixtape est déjà sorti, en 2015, World Vision.

Attaque de synthés dès les premières secondes de "Hate Demon", il y a des petites choses comme ça qui ne trompent pas, qui me font dire que ce disque va me plaire. Avec son flow particulier mi parlé mi haché souvent dans l'urgence sans jamais être dans le paraître, on la sent haranguer une foule imaginaire avec son hip-hop. La prod géniale sur les neufs titres (elle est responsable de trois d'entre eux), c'est une sorte de plaisir immédiat, comme elle se plait à les décrire en long en large et en travers dans ses titres. Violent, sombre, sexualisé ou bien cru, le flow de Tommy se mange en pleine tronche tout au long de ce World Vision à l'enchaînement parfait. Nous laissant à peine le temps de souffler entre les titres audacieux, oscillant entre tension moite ("Bump") et toute-puissance sonique ("Execute", sur lequel elle singe un court instant le flow de Kanye West), ce disque absolument pas pensé comme un album (au contraire de l'éponyme qui sortira trois ans plus tard) est sacrément réussi.
Avec facilité, étant donné qu'elle partage avec elle des origines Tamoul, on la compare à M.I.A., mouais, on a fait la même à Princess Nokia qui elle a des origines Porto-Ricaines, donc bon, c'est vite dit. Je dis pas qu'on ne retrouve pas des similitudes entre ces jeunes femmes, mais c'est un raccourci trop simple. Mentionner le label/collectif Awful serait bien plus intéressant, dire du bien de Father & d'Abra par exemple, voire d'Ethereal, mais ça ne doit pas être assez parlant.
Et pourtant, à l'instar de SOPHIE et PC Music, Genesis n'a pas sorti ce disque sur le label de ses potes (selon ses dires, car il est bien estampillé Awful Records sur plusieurs sites), préférant rester libre de faire ce qu'elle veut avec qui elle veut. C'est sans doute ça qui rythme la vie de cette artiste aux talents multiples, une espèce de liberté, un espace de liberté créé de toutes pièces.


Parfait   17/20
par X_Lok


  En écoute :
https://tommygenesis.bandcamp.com/album/world-vision


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
119 invités et 1 membre :
Blackcondorguy
Au hasard Balthazar
Sondages
Où habitez vous ?