The Black Heart Procession

Three

Three

 Label :     Touch And Go 
 Sortie :    mardi 05 septembre 2000 
 Format :  Album / CD   

C'est plus raide et plus cassant que des os de grabataire. C'est un corps malade qui traîne son agonie dans un pyjama rayé, imprégné d'une odeur acide de sueur.

La musique de BHP est lourde et lente, elle frappe comme cette pierre brûlante qu'un enfant vous balance au visage, vous laissant étourdi dans le sable. On entend un piano magnifiquement martelé sur l'exaltant "Heart Mine" qui nous emmène dans ses wagons lugubres et tirés par une batterie hantée, dans ces paysages de roches saillantes et nues. Des sons d'outre-tombe remontent d'une guitare jouée au fond d'un puits à sec sur le glauquissime "Waterfront" notamment, oppressant à souhait. Ce disque peut être vu comme la BO d'une évasion : parfum de sursis, fin imminente ; poids d'un boulet qu'on traîne à sa patte, nous harassant. Quelques moments doux jalonnent la fuite : "Till We Have To Say Goodbye", avec ses deux voix sur des plans différents, l'une devant pendant que l'autre, plus lointaine, à l'octave, semble déjà hors du monde. Il y a aussi cette valse "Never From This Heart" avec une trompette-vautour venue d'en-haut.

Beaucoup plus sombre que son successeur Amor Del Tropico, sans morceau phare pour nous guider ou pour fredonner au supermarché, Three visite au scalpel la torpeur sépia et le désespoir, sans complaisance pour l'auditeur.


Très bon   16/20
par Greg


 Moyenne 17.00/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 31 août 2010 à 11 h 34

Qui faut-il être pour aimer The Black Heart Procession ?
Pourquoi ne vois-je dans ces 10 titres cabossés qu'une longue complainte d'une rare élégance, alors que d'autres y trouvent les pleurnichements d'un geignard pendu à ses ambitions perdues ?
Qu'est-ce que cette musique fait résonner en moi au point de m'y fondre à l'unisson ?
Pourquoi cette musique lancinante m'apaise, alors que la majorité des gens que je connais sombrent dans un profond engourdissement à son écoute ? Pourquoi les boucles plaintives sans fin de "Waterfront" me portent-elles ?
Peut-être y vois-je une réponse que je n'ose regarder.

Ma sœur aimait à dire "Heureux les fêlés, ils laissent passer la lumière".
The Black Heart Procession sont probablement fêlés.
3 dégage, malgré sa noirceur une lumière profondément touchante.
Excellent !   18/20







Recherche avancée
En ligne
464 invités et 3 membres
El rodeo
François Corda
Poukram
Au hasard Balthazar
Sondages
Si tu ne pouvais en ressusciter qu'un ?


The Minutemen
Nirvana
Elliott Smith
Morphine
The Ramones
Joey Ramone
Jeff Buckley
Vic Chesnutt
Jay Reatard