Thee Oh Sees

Castlemania

Castlemania

 Label :     In The Red 
 Sortie :    mardi 10 mai 2011 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

C'est de la soupe au chocolat pour diabétique. Un psychédélique grondement sorti tout droit des décombres huuum fumantes (AHAHAH!) de sainte 67. Un patchwork cela semble. Un fourre-tout de tout d'un art flûtié et mellotronné par des bouches pâteuses et des doigts chewing-gum.
Bref, je vous la fais en moins cryptique, ça ressemble à une quelconque compilation psyché. De second ordre. Il n'y a pas de grandes chansons ici, au sens "Strawberry Fields" du terme. On est au mieux (mais heureusement assez souvent) dans la joyeuseté, la mignonne tout plein. C'est pas ici qu'on ira chercher remous et trépas. Sur ce Castlemania, on ne trouvera que du charme, de la sympathie, celle-là même qu'on peut éprouver à l'écoute d'un Rubble ou d'un best-of d'un groupe garage originel. Histoire de s'y croire encore plus, on y trouve d'ailleurs le même genre de reprises faiblardes dont l'intérêt reste encore plus incertain que le sauvetage de la Grèce : "I Won't Hurt You" du West Coast Pop Art Experimental Band, (l‘immense) "If I Stay Too Long" des (immenses) Creation et "What Are We Craving" d'une certaine Norma Tanega (allo ? Wikipédia ?), soit un vinyle en rab pour... ça... Curieux, pour pas dire très con.
Mais tout cela reste charmant ! Oui ! Frais et charmant ! Une fantaisie parfois brillante ("Stinking Cloud" fait des bulles dans nos cervelets languides) qui fait penser dans le genre aux premiers Of Montreal, des couilles velues en plus.


Sympa   14/20
par Sirius


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
214 invités et 3 membres
Manchu
El rodeo
X_Wazoo
Au hasard Balthazar
Sondages
Dans l'idée d'une playlist thématique mais néanmoins hebdomadaire, vous préférez :