Soul Asylum

Grave Dancers Union

Grave Dancers Union

 Label :     Columbia 
 Sortie :    mardi 06 octobre 1992 
 Format :  Album / CD   

En 1992 sort Grave Dancers Union, l'album qui va sceller le destin de Soul Asylum et ce, grâce à un titre : "Runaway Train" (où quand le rock devient intelligent et d'utilité publique). Dave Pirner y aborde le sujet de la fugue adolescente et ses conséquences parfois dangereuses. Le groupe choisit alors d'insérer dans son vidéo clip les portraits de dizaines de fugueurs ou de jeunes disparus américains. MTV -en pleine ascension au début des années 90- mitraille la vidéo de "Runaway Train" sur son antenne ; le morceau devient un ' hit rock ' imparable et va permettre par la même occasion de retrouver la trace de certains de ces fugueurs. Au delà de cet épisode social et humain, Grave Dancers Union est avant tout l'album de l'identité trouvée. Les guitares sont devenues mélodiques, tantôt aériennes tantôt saturées, les accords sont soignés et les rythmiques inspirées. "Black Gold" marie avec virtuosité des couplets apaisés à des refrains plus poussés. Le groupe prend désormais son temps et bâtit ses compos sans précipitation. "Homesick", mélancolique à souhait, semble répondre aux énergiques "Keep It Up" et "Get On Out". Les voix de Dave Pirner et Daniel Murphy (second guitariste) se mêlent harmonieusement sur "New World", même si on peut regretter en revanche qu'un morceau comme "April Fool" soit un peu trop tourné vers le passé, nous rappellant les débuts brouillon du groupe. Mais "Without A Trace", à la hauteur d'un "Runaway Train", mettra tout le monde d'accord.
Un album qui se conclut par une de ces ballades ("The Sun Maid") certes un peu facile, mais qui ne manque jamais de faire son effet. << Now the moon is one day older >> sont les mots qui ferment Grave Dancers Union. Soul Asylum est désormais plus vieux d'un album ... le bon album.


Bon   15/20
par GirlfromMars


 Moyenne 16.50/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 30 décembre 2005 à 21 h 51

Maintenant que Karl Mueller est mort, il est bon de se (re)pencher sur la carrière de Soul Asylum et (re)découvrir qu'ils nous ont sorti ce qui est un des albums importants des années 90. Sur les ruines laissées par le grunge et son bâton de dynamite Nirvana, avec d'autres groupes ils vont reconstruire du bon rock issu du chaos sonore du punk.

Cet album commence à plus se faire tout jeune mais il n'a pas pris une ride. "Runaway Train" a enflammé le monde entier, pour une fois c'est un bon titre qui est devenu tube, mais a eu le mauvais effet de cacher le reste de l'album qui est loin d'être de la gnognote ... D'autres titres auraient très bien fait l'affaire : "Somebody To Shove", pour n'en citer qu'un.
Ils avaient déjà bien fait des bonnes choses avant ce coup de maître, mais jamais aussi complet, aussi homogène, aussi égal. Avec leur très bon sens mélodique, leurs riffs de guitare qui dépotent bien et des voix qui se mêlent parfaitement, Soul Asylum nous sort un disque qui frise la perfection. Trop vite étiquetté 'grunge' -ce qui est trop réducteur-, c'est simplement du rock ... et du bon ! Pas prétentieux, pas péteux, pas culte ni révolutionnaire, mais excellent et c'est déjà pas mal.

Si il ne fallait en posséder qu'un du groupe de Minneapolis, se serait bien celui-là. Succès ne va pas forcément de paire avec commercial : la preuve en musique.
Excellent !   18/20







Recherche avancée
En ligne
249 invités et 1 membre :
Francislalanne
Au hasard Balthazar
Sondages
Selon vous, quel intérêt les side-projects offrent-ils au rock indé ?