A Place To Bury Strangers

Onwards To The Wall

Onwards To The Wall

 Label :     Dead Oceans 
 Sortie :    mardi 07 février 2012 
 Format :  Maxi / CD  Vinyle   

Après une année 2011 sans disque pour notre trio de New York (hormis quelques featurings & participations, notamment sur un album tribute to Bowie, pour lequel ils reprennent "Sufragette City"), ils attaquent 2012 de la meilleure façon qui soit, 5 titres ra(va)geurs, dévastateurs, pour une nouvelle dose de 'total sonic annihilation' propre au groupe.

Après le départ du batteur J. Space l'an passé, A Place To Bury Strangers accueille en son sein Dion Lunadon à la basse (ancien D4). Il en faudrait plus pour modifier le mur du son crée depuis plusieurs années par Ackerman, et ce Onward To The Wall ne déroge pas à la règle.

Cing titres, et on peut le dire, pas de changement par rapport aux précédentes sorties du groupe. Ce même vrillage de tympans, cette batterie martelant sans limite, et ces sons inimaginables sorties des guitares d'Ackerman, dont la voix est toujours en retrait mais bien présente.
Atmosphère de chaos, de désert post-apocalyptique, recette idéale pour fabriquer un tube de toute pièce (si si ! ). Des tubes plutôt, car cet ep en est rempli. Notamment "So Far Away" et sa rythmique cold wave, véritable réussite, presque un tube pop (presque, faudrait pas oublier les avalanches d'effets qui surnage), "Onwards To The Wall" attaquerait presque comme un hymne époque néo-romantique early 80's (Cure & Indochine en tête) avec une originalité (comme quoi j'étais mauvaise langue) une voix féminine fait son apparition, apportant un peu de légèreté, les guitares étant plus menaçantes qu'éprouvantes sur ce titre. Le reste du disque est noise, distordu, tout ce qu'on veut pour définir l'audacieux bordel provoqué par ce trio, qui même sans faire évoluer sa musique, réussit à ne pas lasser, il crée même un manque une fois les titres avalés, une envie d'en avoir plus... Ce qui en soit est une vraie réussite.


Parfait   17/20
par X_Lok


 Moyenne 15.00/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 22 juin 2012 à 16 h 11

Avec cet EP, A Place to Bury Strangers signe son aveu d'incapacité à se renouveler ou même à raviver la flamme qui brûlait sur ses deux premiers albums. Si ce n'était qu'une baisse de régime passagère ou une collection de chutes de studio, ça passerait encore, malheureusement le nouvel album Worship confirme tristement qu'APTBS n'a désormais plus grand-chose à dire, à moins de changer quelque chose. Pour autant, aucun des titres de cet EP n'est mauvais ou même médiocre. Le groupe conserve son style et aligne cinq titres noise rock/post-punk un brin déprimants et désabusés. Seule nouveauté, la présence de vocaux féminins sur certains titres. Pourquoi pas, d'ailleurs ça sonne plutôt bien. Mais ce n'est pas assez pour transformer cet EP en autre chose qu'une sortie légèrement jetable : ça s'écoute plutôt bien à la découverte mais après cinq ou six écoutes on se rend compte qu'il n'y a pas grand-chose qui donne envie d'y retourner... Si encore les morceaux n'étaient pas tous dans le même style ! Parce qu'ici, aucun tube à tendance pop à la "In Your Heart", aucune complainte shoegaze bruitiste à la "Don't Think Lover", aucune explosion assourdissante digne du dernier titre d'Exploding Head...
Pas mal   13/20







Recherche avancée
En ligne
115 invités et 2 membres
Lulum
X_Wazoo
Au hasard Balthazar
Sondages
Finalement, au vu des projets nés après leur désunion, vous êtes très content qu'ils aient splité:


At The Drive-In
Atari Teenage Riot
Big Black
Black Flag
Diabologum
Faith No More
Fu Manchu
The God Machine
The Murder City Devils
Refused