The Primitives

Pure

Pure

 Label :     RCA 
 Sortie :    octobre 1989 
 Format :  Album / CD  Vinyle  K7 Audio   

Après un premier album, Lovely, couronné d'un succès critique et commercial en Grande-Bretagne, les Primitives sans Steve Dullaghan retournent en studio au début de l'année 1989 afin d'accoucher d'un nouvel effort studio, qui sortira finalement à l'automne 1989, emmené par les singles "Sick of It" et "Secrets".

Si les premiers morceaux du groupe et Lovely mélangeaient habillement la perfection pop des mélodies interprétées par la divine Tracy Tracy aux murs de guitares du très talentueux P.J. Court, le compositeur principal, Pure se veut être résolument plus apaisé. La production plutôt bruitiste du premier opus fait place à un travail beaucoup plus léché ou plus commercial, diront certains. Mis à part sur quelques titres ("Sick of It"), la bande de Coventry semble évoluer vers un son pop indé délaissé de toute inspiration noise/punk qui pourtant se révélait élémentaire à l'identité de leurs premiers morceaux. Ce qui pourrait ressembler à un jugement amer n'en est cependant pas un, tant l'efficacité des morceaux reste indéniable. Bon Dieu, ces gars-là écrivaient une pop fraîche et incroyablement addictive avec une telle facilité! Il suffit d'écouter des chansons comme "Summer Rain", "Dizzy Heights" ou encore "Way Behind Me" pour s'en convaincre: rares sont les groupes à avoir jamais atteint une telle pureté pop: la recette que le groupe avait trouvé pour faire briller les compositions de P.J. Court interprétées par la mutine Tracy Tracy faisait des miracles!

Déjà présente sur le premier album, l'influence psychédélique nourrit également ici de superbes morceaux interprétés par Court cette fois ("Shine", "All the Way Down"). En dehors de la scène punk, c'est probablement le Velvet Underground qui représente la source d'influence majeure de Court. Il n'est donc pas étonnant de retrouver sur Pure une jolie et fidèle reprise du divin "I'll Be Your Mirror".

À sa sortie, Pure reçoit un accueil plutôt froid: les critiques sont moins enthousiastes que pour Lovely, les singles peinent à bien se classer dans le Top 40 britannique, tout comme l'album qui s'effondre très rapidement dans les charts. Deux ans plus tard, les Primitives publient Galore et réalisent des scores encore moins brillants. Le groupe se sépare... avant de se reformer contre toute attente en 2009 et de sortir un sympathique (mais dispensable) nouvel EP, Never Kill a Secret, en 2011.

L'histoire des Primitives, c'est l'histoire d'un météorite dans la pop anglaise. Le genre de groupe qui a ancré un ou deux morceaux dans la conscience populaire et qui s'en est allé... ou plutôt que le public a tristement laissé filé, car, quand on s'attarde un peu sur la discographie de cette petite bande de Coventry, on découvre des tiroirs entiers et insoupçonnés de véritables bijoux pop imparables. The Primitives est un groupe fondamental. Qu'on se le dise...


Très bon   16/20
par Rebecca Carlson


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
144 invités et 2 membres
EmixaM
Pab
Au hasard Balthazar
Sondages
En concert, tu n'aimes pas :