Fink

Sort Of Revolution

Sort Of Revolution

 Label :     Ninja Tune 
 Sortie :    lundi 25 mai 2009 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Nouveau portrait pour ce troisième ‘album avec guitare' et Fink lève enfin la tête et ouvre les yeux. Prise de conscience du à l'envie de changer ses sources d'inspiration ou d'être davantage vu ? Pas vraiment. L'anglais poursuit sa quête d'authenticité et présente sur Sort Of Revolution une rapide synthèse de son apprentissage dans le monde acoustique. Trop humble et réservé pour en faire des caisses mais toujours décidé à faire progresser doucement son folk (si l'on peut encore appeler comme ça), il accorde ses vibes bluesy avec des arrangements plutôt ordinaires comme on les avait brièvement croisés sur Distance And Time. Les schémas de Fin Greenhall incorporent ainsi par endroits des pointes claires de piano ("See It All") et violons ("Move On Me" attachante), des rythmiques tranquilles comme "If I Had A Million" sans surprise ou "Q & A" gospel acapella. Retouches à raison gardée puisqu'on reste dans le commun et l'accessible, bien que venant de la part de Fink on aurait pu attendre autre chose. En fait, c'est la batterie qui apporte le plus un côté sautillant pour la plupart et se charge d'unir les deux faces de l'artiste dans un album plus étudié. Les "Blueberry Pancakes" ont coulé quant à eux gentiment sur la guitare et ses nylons et adoucissent par conséquent les rugosités qui restaient dans le jeu du britannique. Cela explique peut-être le rose. Mais Fink ne s'est pas mis entièrement au pink. Car si le chant est plus sucré et les mélopées plus pop, il subsiste derrière les tempos tendrement jazz une soul cachée qui ne se prive pas de diffuser encore ses essences. Elle fait d'ailleurs certaines percées sur l'éponyme qui termine en dub ou "Maker" qui ravive sa part ambiant. Sort Of Revolution semble donc avoir laissé un peu l'écriture introspective au détriment d'une exploration mélodique en tant que groupe avec Guy Whittaker (basse) et Tom Thronton (batterie). Toujours est-il que Greenhall produit un nouvel album digne de sa mouvance, bien que tout ne me ravisse pas sur la longueur, qui se détache encore du lot tout en y mettant un pied.


Très bon   16/20
par TiComo La Fuera


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
133 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Finalement, au vu des projets nés après leur désunion, vous êtes très content qu'ils aient splité:


At The Drive-In
Atari Teenage Riot
Big Black
Black Flag
Diabologum
Faith No More
Fu Manchu
The God Machine
The Murder City Devils
Refused