Deerhoof

Offend Maggie

Offend Maggie

 Label :     Kill Rock Stars 
 Sortie :    mardi 07 octobre 2008 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Deerhoof est un groupe résolument à part. Depuis plus de 10 ans, ils s'évertuent à jouer un rock noisy et lo-fi typique du milieu des années 90. Et alors que leurs congénères ont lentement disparu ou grandement ralenti leur rythme d'écriture (à l'exception d'une jeunesse sonique infatigable), Deerhoof continue sur un rythme assez soutenu à perpétuer cette tradition. Si je ne suis pas un fanatique de ce style, je dois néanmoins avouer que des œuvres comme Washing Machine, I Can Hear The Heart Beat As One, III ou La Mia Vita Violenta me laissent difficilement insensible,et c'est un euphémisme.

En ce sens, ce qui nous est proposé sur leur dernier album Offend Maggie n'est pas surprenant pour un sou. Au niveau du son, on retrouve cette batterie brute et ces guitares filandreuses, pas parfaitement accordées qui sentent bon les années 90. Le style des morceaux proposés n'est pas non plus foncièrement original, et se situe dans la lignée de ce que le groupe a déjà pu écrire. On a donc le droit à un habile mélange entre comptines enfantines chantées en japonais (mine de rien, ça surprend assez l'oreille), pop-songs perverties par les sonorités noise et d'autres morceaux plus audacieux flirtant avec la dissonance.
Si les comptines sont déstabilisantes à souhait et doivent s'apprivoiser (à l'exception de "Basket Ball Your Groove Baby" qui comme son nom l'indique distille un amusant groove sautillant), on prendra au contraire un plaisir instantané à écouter le reste des morceaux. Côté pop, le début de l'album est vraiment réussi avec "The Tears Of Music And Love" (vraiment imparable), "Chandelier Searchlight", "Offend Maggie" et "Buck And Judy". L'écriture est intelligente, avec ce qu'il faut de changement de rythme et de déstructuration pour faire mouche. Le noise se révèle bien présent, même s'il s'avère somme toute assez inoffensif. D'ailleurs, le groupe me semble assumer totalement cet aspect sage, que ce soit par leur univers enfantin ou l'utilisation de la guitare sèche sur le morceau titre ou "Family Of Others". Mais là où Deerhoof se révèle le meilleur, c'est lorsqu'il renoue avec la dissonance de l'époque, une dissonance qui vient troubler la tranquillité de la pop du groupe. Malheureusement, il faut attendre la fin du disque pour voir arriver ces meilleurs morceaux, en particulier "Numina O" ou "Jagged Fruit". Il est possible que des amateurs potentiels du groupe abandonnent l'écoute avant de pouvoir en profiter, même si l'album est finalement assez court. D´autant que le milieu du disque, principlement constitué par les comptines, se révèle un brin anecdotique.

Difficile donc de se faire un avis ferme sur Offend Maggie, que je trouve moins bon que Friends Opportunity. Il se révèle un peu inégal, balancé entre morceaux un peu trop sages et d'autres vraiment bons. Je me demande d'ailleurs à quel public il s'adresse: les amateurs du genre déploreront sûrement un manque d'originalité et de risque, et les néophytes auront probablement mieux à écouter. Quoiqu'il en soit, cela reste un album qui dispose d'une quantité non-négligeable de bons morceaux. Il y a une dizaine d'années, Offend Maggie serait passé inaperçu je pense, mais aujourd'hui, ce style se fait tellement rare qu'on ne peut qu´apprécier l´album si on regrette un peu cette époque, qui bizarrement paraît aujourd´hui plus lointaine que d'autres encore plus reculées.


Bon   15/20
par Vamos


  Ecoutable sur https://deerhoof.bandcamp.com/album/offend-maggie


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
244 invités et 4 membres
Dale
Myfriendgoo
X_Lok
X_Wazoo
Au hasard Balthazar
Sondages
Levé du mauvais pied, je suis plutôt "réac'n roll" : Ras-le-bol...