Dj Krush

Krush

Krush

 Label :     Shadow 
 Sortie :    vendredi 21 janvier 1994 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Voilà un premier disque d'une épaisse discographie qui fera office d'introduction parfaite à l'histoire d'un grand, qui pourtant, revient de très loin. Hideaki Ishi de son vrai nom, est dans les années 80 un ado japonais un peu paumé. Las de jouer le dur au sein de son petit gang de branleurs de Tokyo, celui ci commence, après visionnage du film "Wild Style", à s'intéresser à l'abstract hip-hop et autres cultures musicales underground.

Et c'est ainsi qu'après plusieurs années d'expérimentations et d'apprentissage loin des projecteurs, qu'un drôle de disque au patronyme plutôt explicite vient éclabousser les conventions : ce n'est pas vraiment du hip-hop ou du downtempo, ni du jazz, ni de la soul, mais un étrange mélange de tout ça, pourtant bien harmonieux. Une révolution musicale là où ne l'attendait pas vraiment, en quelque sorte, un soulèvement en plein cœur du pays du soleil levant. Krush est avant tout fascinant par l'univers, à l'époque encore bien confidentiel, qu'il présente : à l'image de "Wild Style", ce premier disque se présente comme un hommage rendu en une bonne douzaine de morceaux aux cultures enterrées et nocturnes des graffeurs et autres poètes urbains, celles souvent dénoncées par les autorités. On y découvre un monde cadencé par de gros beats, un champ musical parfaitement en accord avec le milieu introduit: aussi aléatoire qu'excitant, aussi ésotérique qu'impitoyable. C'est au son des crépitement de bombes de peinture et de la fuite soudaine de graphistes de l'ombre que l'album se dévoile sans attendre sur un "Keeping The Motion" aux accents très Jazzy-Soul. Mais conscient de ne pas vouloir créer l'illusion d'un univers facile d'accès, Dj Krush va dès lors concocter un mélange bien étrange, pour ne pas dire infâme, telle une soupe ayant bien dépassée la date de péremption. Il naît assez rapidement à l'écoute de ce disque une certaine frustration, car il semble qu'il y ait vraisemblablement quelque chose d'inachevé, voire bâclé. Outre les 2-3 excellentes idées, notamment les très inspirés "On The Dub-ble" et "Big City Lover" aux airs de Miles Davis voire de Chick Corea et autres Return To Forever qui peuvent encore laisser entrevoir un aperçu du lifestyle des concernés, Krush ne se contente finalement que de jongler entre expérimentations bancales plus ou moins audibles et interludes contingentes voire vraiment hasardeuses, communément appelées "morceaux de remplissage".

Reste à essayer d'apprécier ce disque en le remplaçant dans son contexte : car avant la galette cruellement inégale se trouve un disque d'une importance majeur dans l'histoire de l'abstract hip-hop. Car Dj Krush pose à l'époque au coté d'autres pionniers semblables (Dj Shadow & cie) les fondations d'un univers en partie repêché plus tard par des labels tels que Ninja Tunes. Une œuvre majeur malgré les apparences.


Très bon   16/20
par TheWayYouSmiled


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
65 invités et 2 membres
Reznor
Ben147
Au hasard Balthazar
Sondages
Les concours sur XSilence, vous en pensez quoi?