The Feelies

Time For A Witness

Time For A Witness

 Label :     A&M 
 Sortie :    mardi 05 mars 1991 
 Format :  Album / CD  Vinyle  K7 Audio   

Dans la famille des discographies parfaites, je demande les Feelies. Time For A Witness vient clore la production d'un groupe qui prit son temps (seulement 4 albums en 11 ans) pour absolument éviter tout albums bâclés ou déchets avariés. Résultat ultime comme primaire, 10 nouvelles pépites à mettre à leur actif.
Et pourtant ce quatrième album n'est pas en odeur de sainteté chez les fans. Pas vilipendé non plus. Oublié peut-être. Un sort réservé le plus souvent aux 'albums de trop'. Mais Time For A Witness est tout sauf l'album de trop. Au contraire, il annonce ce qu'aurait pu nous offrir les Feelies s'ils avaient survécu à la décennie nineties. Et ça s'annonçait grandiose...
D'abord, c'est un son chaud et épais qui vient nous caresser les oreilles, contrastant fortement avec la raideur des débuts. Le rock épileptique, marque de fabrique de ces symboles nerds, n'est présent réellement que par deux fois ("Time For A Witness" et le single "Sooner Or Later"), laissant ainsi la place à des morceaux dans un genre moins commun pour le groupe d'Hoboken. Toutes guitares dehors, les Feelies nous concoctent des tapisseries baveuses qui lorgne vers de multiples directions : le blues salace ("What She Said"), le rock'n'roll aux accents loureediens ("Decide") ou même le psychédélisme. Les 7 minutes douceâtres de "Find A Way" témoignent d'une science de la jam sous encens acquise lorsque le groupe se produisait sous le nom des Willies au début des années 80. Prodigieux. Mais cela dit si l'on est d'humeur légère, on peut préférer les Feelies lorsqu'ils s'essayent à une pop aérienne et euphorisante aux chœurs brumeux : "Invitation" et surtout la géniale "Doin' It Again", parfaite mise en jambe joyeuse pour aller pâturer comme un con dans les champs.
Traditionnelle reprise en fin de parcours, le "Real Cool Time" emprunté aux Stooges achève cet ouvrage de surdoués plus varié qu'à l'accoutumé, et que l'on aurait aimé suivi d'un ou deux autres du même genre. Mais une tournée catastrophique de plus et un Bill Million qui s'en va sans crier gare se réfugier en Floride et c'en était fini pour de bon des Feelies. Disparus dans une quasi-indifférence mais adulés aujourd'hui par quelques preux et courageux mélomanes. L'archétype du groupe culte en somme.


Excellent !   18/20
par Sirius


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
156 invités et 1 membre :
Jekyll
Au hasard Balthazar
Sondages
Sur XSilence, j'ai un faible pour...