Under Byen

Det Er Mig Der Holder Traeerne Sammen

Det Er Mig Der Holder Traeerne Sammen

 Label :     PladeSelskabet 
 Sortie :    mardi 02 avril 2002 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Quand j'ai découvert ce groupe l'année dernière, j'avoue avoir été ensorcelé par cet album. Dès son achat, je me suis exclamé "c'est mon meilleur achat de l'année !". En effet ce disque possède une magie qui est propre à ce groupe et qui me touchait particulièrement à l'époque. Je trouvais un groupe évoquant un monde unique montrant du doigt un mystère grandiose qui tient les arbres liés, comme le titre le dit et la musique le prouve. Cette voix chantant, murmurant au plus profond de mes oreilles la musique de la nature dans une langue intraduisible mais si directement compréhensible mêlée à ce piano magique ("Byen Driver"), ces bruits de boite à musique déglingué ("Legesag"), ces rythmiques tellement entraînantes ("Batteri Generator" qui nous emporte dans ses méandres)... Tout ceci me rendait heureux d'avoir trouvé un disque me rapellant mon enfance avec des histoires imaginaires de lutins partant en mission ("Mission" et son entrain résigné) mêlés à des coeurs en lutte avec la vie et ses combats. Ecouter cette musique le nez gelé avec le soleil qui se lève un matin de cours en plein hiver donnait envie de marcher à grandes enjambées le sourire aux lèvres, porté par tant de fraicheur.
Au fil du temps et des achats ce disque fût délaissé et mes goûts évoluèrent. Mais à chaque écoute la magie opère encore. Un groupe qui a une personnalité propre, un style unique et qui n'en joue pas. Un groupe brut qui fait fi des modes et qui exprime avec force son origine nordique, nous invitant dans son monde qui mélange les voyages, les combats les plus intenses ("Legesag" et son piano qui ne se résout jamais) avec le plus grand des humours (la dose de jeux est très présente chez eux, ils l'affirment eux-mêmes !), l'enfance avec la maturité jusqu'au paradis. En haut d'une falaise face à la mer, le vent se glissant sous notre veste et le coeur qui s'ouvre vers l'infini, la tête dans le soleil ; un final "Om Vinteren" que je trouve parfait, trop parfait, ce côté hypnotique qui transporte hors de la réalité me laisse perplexe en musique (trip-hop coucou). La magie de ce groupe se trouve ailleurs, dans les micros harmoniques, les dialogues entre les instruments si différents entre eux mais formant une unité si particulière, ce coté bizarre, ces instants de génie qui marquent cette musique ne cherchant pas à retomber toujours sur ses pieds, mais qui lui donne une histoire, un sens.
Comment juger un groupe si personnel qui se tient tellement ? C'est plus un problème de convictions personnelles. Alors excellent car ce disque me touche personnellement ; voilà.


Excellent !   18/20
par Quartzman


  Le premier pressage par le label danois PladeSelskabet - Have A Cigar (EMI) date de 2002. La version CD française a été éditée par Telescopic le 3 mai 2004. Ce disque a fait l'objet de multiples petits pressages et n'a pas encore été distribué à grande échelle.


 Moyenne 19.00/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 08 décembre 2018 à 19 h 05

Comment j'en suis arrivé à Der Er Mig Der Holder Træerne Sammen ? Mon ami Sly, disquaire, m'avait passé des MP3 d'Howe Gelb (Giant Sand) lors de son concert en 2002 au Danemark. En fouillant sur Discogs.com, j'ai retrouvé ces enregistrements et j'ai découvert que les musiciens qui accompagnaient Gelb, sur les concerts danois de 2002, étaient pratiquement tous membres du groupe Under Byen. C'était la première fois que je voyais écrit ce nom de groupe. Une visite à la boutique de Sly et je trouvais 2 cds d'Under Byen. Très hésitant, je ne les achetais pas. Un mois passa. Sur un coup de tête avec comme ligne directrice : " Je dois sortir de ma zone de confort ", je retournais chez Sly et j'achetais les 2 cds (Der Er Mig Der Holder Træerne Sammen dans la version française de Telescopic de 2004 et Siamesisk, le live de 2008). A la première écoute de Der Er Mig Der Holder Træerne Sammen, j'étais fané (comme disent mes gosses) : la voix trop proche de Björk ne me plaisait pas. Une seconde (vraie) écoute le lendemain, en ne faisant qu'écouter, sans lire, ni faire la vaisselle ou autre chose ; et Paf !, le neuvième titre, "Om Vinteren", qui se déroule tranquillement en 12 minutes, me rappelant par sa longueur et son tempo le douzième , "The Hustle", de l'album Flotus du groupe Lambchop. La magie avait opéré, le disque ne quitta plus la platine chaque jour pendant un bon mois. Sur le site larsdideriksen.com, on trouve beaucoup d'informations sur Under Byen et sur cet album ; je fus encore une fois très surpris de découvrir un groupe avec presque 20 ans de carrière que j'avais ignoré (comme tant d'autres).
Intemporel ! ! !   20/20







Recherche avancée
En ligne
105 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Slammez-vous pendant les concerts ?