Under Byen

Paris [Festival "Les Femmes S'en Mêlent" - La Cigale] - mardi 18 avril 2006

 Under Byen
Mystère, mystère... D'où vient donc cette voix plaintive qui s'exhale avec une douceur hypnotique ? Car sur le devant de la scène, je vois trois musiciens pour le moins discrets, le nez obstinément planté dans leurs claviers, leur violon ou leur violoncelle, mais de chanteuse point. Au fond à droite, j'aperçois bien deux percussionnistes, un homme et une femme, qui en plus de leurs instruments respectifs se partagent une grande caisse métallique qu'ils frappent parfois avec une violence détachée, presque cérémonieuse. La fille, entre deux coups assénés, approche parfois sa bouche d'un micro, mais de toute évidence ce n'est pas elle qui est à l'origine de cette plainte énigmatique.
La première chanson se termine. C'est alors que je l'aperçois enfin. Là, derrière le clavier. Oui, c'est bien elle. Une grande et frêle silhouette, surmontée d'une longue chevelure blonde qui dissimule presque un visage aux traits purs, mais aux yeux constamment clos. Elle ressemble à une chatte boudeuse, effarouchée par le public, qui serait venue se réfugier derrière ses compagnons, impression renforcée par certaines intonations aiguës de sa voix bjorkienne. C'est bien elle, Henriette Sennevaldt, la chanteuse du groupe Under Byen.
Le chant délicat d'Henriette, glissant sur des nappes d'orgue, bercé par le balancement du violoncelle, évolue dans des mélodies à la douceur ambiguë. La rythmique lente mais abrupte induit constamment une impression de menace. Et parfois, cette sensation oppressante aboutit à un déferlement sonore, aussi mordant qu'une tempête de glace. Une scie musicale fait rage, des ondes dévastatrices se répandent, comme issues d'un métal incandescent que ferait vibrer un vent polaire.
Le concert se termine sur un de ces accès bruitiste. Henriette s'est inclinée sur le sol, définitivement cachée sous sa crinière blonde. Quand les derniers échos de leur musique ont fini de s'évaporer dans un ailleurs ignoré de tous, les membres du groupe quittent la scène comme ils étaient venus: sans un mot ni un regard. Et le mystère se referme.

Si Under Byen venait à passer près de chez vous, vous voilà prévenus. Amateurs de concerts festifs, d'artistes chaleureux et communicatifs, passez votre chemin. Inconditionnels d'ambiances envoûtantes et énigmatiques, accourez !


Très bon   16/20
par Oddie


  Photo par Robert Gil.
http://lockuhome.free.fr/


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
Au hasard Balthazar
Sondages
En concert, tu n'aimes pas :