Breather Resist

Charmer

Charmer

 Label :     Jade Tree 
 Sortie :    lundi 10 mai 2004 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Ah ! Après un mini album qui manquait quelque peu de personnalité, voilà que les types de Breather Resist ont redressé la barre. Certes, il reste l'influence évidente de Botch qui transpire dans chacun des morceaux (bon, en même temps, existe-il un groupe de hardcore actuel qui ne soit pas influencé de près ou de loin par Botch ?), mais le quatuor réalise là un essai bien plus concis et pertinent que ce qu'il nous avait offert l'année précédente.

Avec des titres rallongés, qui gagnent en ingéniosité et qui ne perdent rien de leur rage et leur énergie, Charmer apparaît beaucoup plus complet que son prédécesseur. Tout la hargne qui habite le quatuor est ici maîtrisée de bout en bout, comme si rien n'avait été laissé au hasard. Les riffs sont tranchants et abrasifs tandis que la basse se retrouve délicieusement proéminente, un peu à l'instar de certains Jesus Lizard (influence avouée et totalement assumée du groupe). D'ailleurs c'est un peu ça Charmer: un hardcore façon Botch avec le sens rythmique de Jesus Lizard. Comme comparaison, il y a pire. Mais surtout, Breather Resist dépasse quelque peu ses influences en sens, que le quatuor ne réitère pas le coup de la copie en bonne et dûe forme de ses aînés (comme cela avec été plus ou moins le cas avec Only In The Morning), mais parvient vraiment à imposer sa propre identité sonore.
Ainsi, ce ne sont pas les morceaux féroces et agressifs qui manquent. Avec leur "An Insomniac's Complexion" tonitruant envoyé d'entrée de jeu, les quatre types du Kentucky annoncent la couleur. Certes, l'originalité n'est peut-être pas forcément de mise, tout au long de ces onze morceaux, cependant c'est une belle dépense d'énergie et de décibels que nous propose le quatuor. Et puis, rien que pour les perles que sont "Loose Lipped Error" et "Amphetamine Praise", il serait dommage de ne pas prêter une oreille à ce premier album.

Avec la sortie de Charmer, Breather Resist entrait dans les hautes sphères du hardcore, et laissait envisager le meilleur pour la suite de la carrière du combo. Malheureusement, il n'en sera rien, puisque l'aventure se terminera fin 2005 avec le départ du chanteur Steven Sindoni alors qu'un nouvel album était en cours de préparation... Dommage !


Sympa   14/20
par X_Jpbowersock


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
118 invités et 1 membre :
François Corda
Au hasard Balthazar
Sondages
Slammez-vous pendant les concerts ?