Hole

Pretty On The Inside

Pretty On The Inside

 Label :     Caroline 
 Sortie :    1991 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Produit par Kim Gordon et Don Fleming, ce premier album de Hole a un son riche, sale, saturé, sans fioriture. L'album offre des titres rageurs où Courtney Love chante de manière "jemenfoutiste" sur la guitare archi saturée d'Eric Erlanson. "Teenage Whore", "Garbage Man", ou "Pretty On The Inside" sont de véritables brulôts féministes. Malheureusement, les titres sont un brin répétitifs, et la production ne facilite pas l'écoute. Malgré certaines qualités, le disque peut franchement lasser.


Moyen   10/20
par X_Elmo


 Moyenne 15.00/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 14 janvier 2006 à 19 h 32

Un gros dégueuli punk, lourd et complètement déstructuré au son de mauvaise qualité. Voilà effectivement ce que l'on peut penser de cet album à la première écoute. (Ce fut d'ailleurs également mon avis) Courtney Love chante avec autant de délicatesse qu'un bûcheron des Rocheuses, les guitares partent dans tout les sens, le son est lourd et crade et le rythme assez répétitif. Pas de grande originalité, ni de belles mélodies dans cet album assez bourrin qui fait très souvent office de "mal aimé" face au très accessible et très apprécié "Live Through This". Cependant, lorsque l'on prend connaissance des paroles, on l'écoute alors bien différemment et, sous son aspect lourd se cachent des textes bien plus complexes et ambigus qu'on pourrait le croire. Si on y regarde de plus près, la majorité des paroles constitue en fait une longue métaphore de la drogue et de son effet pervers du "Je te déteste mais tu me manque". C'est d'ailleurs ce que l'on ressent ensuite en réécoutant cet album sous un angle nouveau : le son n'est pas "agréable", pas de mélodies accrocheuses, et pourtant, une fois qu'on y a goûté, on ne peut s'empêcher d'y revenir... Le très arrangé "Live Through This" paraît ensuite beaucoup plus fade face à ce premier opus. Il est certes bien loin d'être parfait, mais ses défauts lui confèrent finalement une véritable authenticité. Et si l'on fait l'effort de passer outre cette apparente couche de crasse, il se révèlera bien plus touchant qu'il n'en a l'air...
Bon   15/20



Posté le 19 août 2008 à 21 h 37

Qu'on se le dise une bonne fois pour toutes, Courtney Love ne se résume pas à la veuve de Cobain.
Car avant tout, chez Courtney, il y a la musique. Et cela, dejà bien avant Kurt.
Il y a eu tout d'abord les Sugar Babylon, après une brève apparition au sein du groupe Faith No More. Puis il y a eu les Sugar Baby Doll en 1985, fondé avec Kat Bjelland et Jennifer Finch, respectivement futures Babes in Toyland et L7. Et enfin les Pagan Babies, avec (encore) Kat Bjelland, Janis Tanaka (L7) et Deidre Schletter.
Mais, dès 1989, il y a aussi et surtout eu Hole.
Hole, devenu un groupe emblématique du Riot Grrl, qui a permis à Courtney de se faire connaître en tant que musicienne et chanteuse, en plus d'épouse de rock-star.

Produit par Don Fleming et notamment Kim Gordon (bassiste et chanteuse de Sonic Youth), Pretty On The Inside sort le 17 septembre 1991, juste une semaine avant le brulôt Nevermind du futur époux de Courtney.

"When I was a teenage whore, my mother asked me, she said 'baby what for?'". Tels sont les premiers mots prononcés, ou plutôt hurlés par Miss Love, le disque à peine enclenché. Le ton brut, voire punk de ce premier album très prometteur est tout de suite donné, et la musique ne fait que confirmer cette première impression: lourdes guitares au son crade et saturé, où Courtney n'hésite pas à hurler sa rage, sans mâcher ses mots ("I've seen your repulsion and it looks really good on you...").
Pretty On The Inside s'ouvre ainsi de manière assez forte, et le groupe compte bien nous en mettre plein les oreilles durant près de trente-huit minutes.

A l'écoute, on remarque un certain contraste dans le chant de Courtney: tantôt rageux, tantôt calme. Peut-être un moyen de dévoiler un déchirement entre la haine, parfaitement audible, et une certaine mélancolie, qui se laisse ressentir au fur et à mesure que l'on découvre l'album. Ce contraste, le morceau "Babydoll" nous le confirme, tout en restant dans le cru ("Oh babydoll, what a whore you are...").
Ca se détend un peu, dès les premières notes de "Garbadge Man", mais la tension remonte au refrain, pour redescendre au couplet suivant, et ainsi de suite. Malgré tout, il se dégage de ce morceau une certaine mélancolie, qui contribue sans doute au fait que "Garbadge Man" est un des meilleurs titres de l'album. "Sassy" sent légèrement l'expérimental, entre gros riffs saturés et hurlements. L'absence (ou le peu) de chant pourrait faire finalement penser à un instrumental, comme pour marquer une sorte de pause. Mais tout repart par la suite ("Good Sister Bad Sister"), suivi de l'excellent "Mrs Jones". Malgré des titres un peu répétitifs, à l'image de "Berry", l'album parvient à se boucler de façon convaincante, avec le pesant "Pretty on the Inside", immédiatement suivi de "Clouds".

Ce premier effort peut déconcerter à la première écoute, dû au son très saturé et aux hurlements de Love, mais, cependant, il s'en dégage un certain charme. Peut-être la nostalgie d'une certaine époque... Par ailleurs, la musique, violente, torturée, colle parfaitement à l'illustration qui orne l'arrière de l'album: une jeune femme nue, en larmes et au corps meurtri (l'illustratrice n'est autre que la bassiste de l'époque, Jill Emeri).

Avec son côté enragé et l'énergie qui s'en dégage, Pretty On The Inside est sans nul doute un premier opus très convaincant, pour un groupe qui affirmera tout son talent trois ans plus tard, avec la sortie de Live Through This.
Très bon   16/20



Posté le 10 novembre 2008 à 12 h 59

Sorti en septembre 91, le premier album de Hole est un véritable 'Bleach' féminin. Un son crade, saturé, une batterie légère et sans grand superflu instrumental, une voix de Courtney mise à nue sans véritable mixage, des morceaux parfois sombres et pas vraiment mélodiques. La comparaison avec le premier album de Nirvana est flagrante d'entrée, celle-ci étant pour ainsi dire plutôt flatteuse.

L'album démarre sur "Teenage Whore", sans doute le plus gros morceau de l'album. Très lourd et pesant, ce morceau de 3 minutes n'en est pas moins plus calme que le titre le laisse le présager, notamment grâce à des passages plus mélodiques, entre plusieurs cris. A noter que cette ambiance lourde, que l'on retrouve partout sur ce disque, est attribuée en partie à l'abus de fumette d'après Eric Erlandson, éminent guitariste et membre pilier de Hole.

"Baby Doll", le second morceau possède une intro fascinante, à l' image du morceau. La plupart des morceaux de l'album créant une atmosphère de bar voir de bande son de films dont les genres se mêlent.
On retrouve ce côté très punk undergroud façon Sub Pop au travers des sons de guitares couinantes et saturées ("Sassy").

Malgré un set léger (11 pistes), certains morceaux dépassent les 5 minutes, comme les fantastiques "Good Sister / Bad Sister", ou encore "Mr Jones", chanson superbe à l' intro une fois encore remarquable tant l'ambiance qui s'en dégage est forte. "Mr Jones", sans doute l'un des meilleurs morceaux de l'album. Long, à différentes facettes, et qui nous montre que Courtney est aussi une chanteuse avec une très belle voix.

"Berry" est également un des gros morceaux, alternant les phases de calme et de frénésie (chose qu'on retrouve souvent dans cet album). Celle-ci directement suivie d'une tout aussi génalissisme chanson, "Loaded". Là encore un long morceau, où celui ci semble etre dépossédé d'introduction, le tout démarrant aussitôt.
"Starbelly" dont l'intro reprend le riff d'une chanson de Neil Young ("Cinammon Girl"), se veut être une piste à part entière, très courte et comportant divers montages (dont une prochaine chanson de Hole, "Best Sunday Dress").On retrouve aussi un sample (non-déclaré !) de la chanson "Rihannon" de Fleetwood Mac, groupe très populaire qui a beaucoup compté dans la jeunesse de Courtney Love, qui remerciera même un de ses membres sur la pochette de "Celebrity Skin" sept ans plus tard.

"Pretty On The Inside", morceau où le titre est tiré de l'album se veut nerveux et relativement court. Une sorte de défouloir en somme, où les dernières notes entrainent sans un seul temps mort le dernier morceau du disque. "Clouds" est une reprise de Joni Mitchell. Une mélodie à la guitare répétée en boucle d'un bout à l'autre du morceau, avec l'ajout de divers guitares saturées. Une jolie manière de conclure un album qui n'a autre comme co-producteur Kim Gordon de Sonic Youth, une autre musicienne talentueuse.On peut d'ailleurs reprocher certaines ambiances de cet album au premier Sonic Youth, Confusion Is Sex. Le son, quant à lui, tire parfois du côté de Sister, leur album de 1987.

Certes il faudra plusieurs écoutes avant de véritablement apprécier 'Pretty On The Inside', assurément pas facile d'accès, mais les amateurs de 'Bleach', de son crade et de distortion en déluge sauront apprécier cet album à l'ambiance si particulière. Les critiques anglo-saxons de l'époque ont d'ailleurs salué la qualité de cet album à sa sortie. Certainement le meilleur album de Hole.
Exceptionnel ! !   19/20







Recherche avancée
En ligne
94 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Tu as le droit d'effectuer un seul voyage spatio-temporel, où est-ce que tu vas ?