Sandy Dillon

Pull The Strings

Pull The Strings

 Label :     One Little Indian 
 Sortie :    lundi 24 avril 2006 
 Format :  Album / CD   

Après s'être un tant soit peu éloignée de son écriture habituelle avec le bien bel album Nobody's Sweetheart en 2003, Sandy Dillon revient en cette année 2006 à un blues plus viscéral que jamais.
Si l'orchestration et les arrangements ne sont pas aussi personnels que celle de son défunt mari, l'aspect traditionnel détourné de folie revient sur le devant de la scène, tout aussi efficace. La couleur est elle étalée, et c'est bien là que l'album atteint sa cible en plein cœur. Dillon ne se contente pas de revenir sur ses pas pour reprendre la partition là où East Overshoe l'avait laissée, le pur blues cagneux de "I Fell In Love" en tête, mais garde également le meilleur de Nobody's Sweetheart pour le façonner. Les morceaux plus accessibles deviennent de vraies perles, tel un "Documents" à la fois bruitiste (on croirait la mise en boîte faite dans une scierie) et mélodique, au goût presque brit-pop. Ou encore le mode Portishead d'un "Baltimore Oriole" froid et sensuel.
L'esprit est quant à lui plus extraverti que sur n'importe quelle autre œuvre de la chanteuse, qui ne s'est jamais aussi bien servie, amusée, de sa voix déjà si particulière. Son gosier transcende littéralement chacun des morceaux de la galette, les uns après les autres. Le raclement du primitif "Pull The Strings", le gramme d'alcool en trop sur l'indie-rock PJH "Over My Head", le murmure sale sur le dernier "Carnival Of Dreams", la langue encombrante dans l'horrifique et baroque "Blindcore", le spoken word expérimental de "Homesick", et même l'autre duo, timide, aux côtés de la voix très ‘Mark Lanegan' de Rob Love sur la magnifique complainte "Why". Force est de constater qu'avec le temps la chanteuse devient encore plus impressionnante.
S'y greffent beaucoup de moments de solitude mélodiques et émouvants d'une efficacité imparable, comme si nous prenions plaisir à remuer nous-même le couteau dans la plaie : la mélopée "Play With Ruth", la douceur flottante de "Enter The Flame", le côté eighties du blues minimaliste "Broken Promises", le blues décalé de "Motherless Children", etc... Autant de pièces troublantes qui font de cette femme meurtrie l'héritière officielle des Joplin, Simone et autres grandes prêtresses des larmes musicales amères.

Pull The Strings est un autre album de soul (d'âme) douloureux et tordu de la belle bête à ne pas manquer.


Excellent !   18/20
par X_YoB


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
510 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Tu as le droit d'effectuer un seul voyage spatio-temporel, où est-ce que tu vas ?