Electric Wizard

Dopethrone

Dopethrone

 Label :     Music Cartel 
 Sortie :    mardi 28 novembre 2000 
 Format :  Album / CD   

Ceci n'est pas un disque, c'est une ode à la noirceur. Les déclamations enfumées d'une musique qui rampe, s'enfonce sous terre et fait écho des horreurs souterraines. La bande-son d'une descente dans les profondeurs.
C'est lent, ça s'accroche et ça écorche la sensibilité. Toujours les mêmes boucles de riffs assassins répétées sans cesse, surenchérissant dans le glauque, pataugeant dans la saturation. Ce marasme de guitares grasses, presque pâteuses, semble dégueulasse. Il est pourtant infiniment psychédélique. Des volutes orgiaques de fumées s'échappent de ces abstractions soniques et abjectes.
Support diabolique d'une surcharge en drogue, le stoner de Electric Wizard assure des envolées lyriques en prenant son temps, en se tordant, presque par contorsions. C'est épais, saturé, et les hurlements inaudibles semblent inhumains. Ça évoque les messes noires tant l'ensemble paraît sombre. Une sorte de paradis artificiel qui ressemblerait plus à une crypte nauséabonde et macabre.
Cette bestialité est tout bonnement effrayante. A déconseiller aux âmes sensibles.


Bon   15/20
par Vic


 Moyenne 15.50/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 22 janvier 2009 à 20 h 18

Je crois qu'il y a quelque chose de cassé en moi. Un truc rompu, un équilibre qui joue au tape-cul pour tenter de me désarçonner. Quelque chose qui crie : "il faut me donner à manger, il faut me donner quelque chose à me mettre sous la dent, étancher ma soif, mon appétit ou je te pourrirai la vie ! Parfaitement, je te pourrirai la vie jusqu'à la fin de tes jours. Je te plongerai dans l'abîme de ta propre violence". Rires démoniaques. Fin de la transmission. Cette bestiole, ce machin plaisant s'alimente de rythmiques stoner, doom même, de lentes valses graves et de voix hallucinées.
Alors quand je lui sers un petit Dopethrone, elle ronronne de plaisir. Electric Wizard, c'est un peu son Royal Canin menu gourmet. Il faut dire qu'à la première écoute, on n'est pas loin de la consistance de la pâtée. Informe, poisseuse et dégoulinante.
Car Dopethrone est avant tout un long trip noir, comme un bon café, la caféine en moins. On passera sur la pochette du disque, adolascive, EW n'a pas résisté à la tentation de nous servir l'écueil de la feuille de cannabis. Un mauvais goût pour les artworks assez commun, finalement, dans la mouvance doom-stoner. Ca fait aussi son charme.
Dopethrone donc, cette ode hissée au rang de référence de la deuxième vague stoner, ouvre les années 2000 sous de nouveaux auspices. Et rentrer dans le XXIème siècle réussit bien à Electric Wizard.
L'album est une réussite, comme en atteste son morceau phare "Funeralopolis". Au titre évocateur. Une lente montée Sabbathienne, heavy au possible, avant l'accélération mystique sur fond de space opera dépressif, qui nous amène à une conclusion assez radicale – oui, oui : "Nuclear warheads ready to strike/ This world is so fucked let's end it tonight" fois 8 (ou 9). Vous l'aurez vite compris, on aurait pu trouver pire successeur à Bush à la Maison Blanche (qui l'eût cru ?). EW ne fait pas de la politique, EW fait de la musique, et c'est tant mieux pour nous.
"We Hate You", Dopethrone, "Mind Transferral"... bref tous les arguments du trip qui revient en boucle sur lui-même, excluant le monde qui l'entoure d'une pichenette négligente, pour gagner en puissance au fur et à mesure des écoutes et s'autosatisfaire d'un flot écumant et haineux.
Malheureusement, avec une moyenne de 10 minutes par morceau, on tourne un peu en rond parfois, ce qui empêche l'album d'être une vraie tuerie. "Weird Tales/Electric Frost/Golgotha/Altar of Melektaus" en témoigne, ce morceau en 4 parties, se perd dans ses propres méandres après un début prometteur – on sait maintenant où The Mars Volta est allé puisé l'inspiration... Même constat avec "I, The Witchfinder".
Ce qu'il manque, finalement, ce sont des intermèdes un peu plus courts – ou plus inspirés ? – dans cet album monolithique. Mais je ne vais pas bouder mon plaisir, le mien et celui de ma bestiole. C't'album, c't'un album de drogué, yeaaaah, comme disait mon alter ego à 16 ans.
Très bon   16/20







Recherche avancée
En ligne
123 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Levé du mauvais pied, je suis plutôt "réac'n roll" : Ras-le-bol...