Tori Amos

Boys For Pelé

Boys For Pelé

 Label :     Atlantic 
 Sortie :    mardi 23 janvier 1996 
 Format :  Album / CD  Vinyle  K7 Audio   

Troisième album de la divine rousse, Boys For Pelé marque pour beaucoup d'amateurs de musique douce et fine le début de la fin pour la belle Tori Amos. Du moins, le début du déclin. Je ne suis qu'en partie de ceux là.

Certes, je concède que l'essentiel du talent de Tori Amos avait été exposé dans ses deux premiers opus et que la suite de son oeuvre, plus expérimentale, est moins réussie. Mais Boys For Pelé est, en 1996, l'album d'une transition ambitieuse qu'elle devait oser.

18 titres sur une galette, c'est effectivement beaucoup, trop même à l'écoute de certains morceaux forcés électroniquement ou harmoniquement (notons le calvaire que me procure l'écoute de "Professional Widow" !). Mais Boys For Pelé regorge aussi de quelques perles, et pas des moindres.

Les clavecins ouvrant le superbe "Blood Roses" nous mettent dans le bain rapidement, et "Father Lucifer" qui lui succède nous ramène quelques années plus tôt dans les mélodies parfaites de ses premiers essais.

Bizarrement, sur ce troisième album, ce sont les morceaux les plus courts qui marquent le plus, entêtants comme jamais, avec un piano qui se fait minimaliste pour laisser la voix de Tori, chargée d'émotion, prendre le devant de la scène : "Mr. Zebra" et "Way Down". A sortir du lot, encore pour les mêmes raisons, le très beau "Hey Jupiter" qu'elle saura sublimer dans un unplugged enregistré juste après la sortie de Boys for Pelé.

Et à part ça me direz-vous. Pas grand chose malheureusement, et c'est là que la transition s'opère, avec une Tori Amos qui charge ses compositions de matière électronique un peu malvenue ou d'un son plus rock qui ne met pas suffisamment ses qualités en avant. Ce disque est donc un révélateur : la belle rouquine n'est jamais aussi belle que seule face à son piano. Allez, je retourne écouter Under The Pink et j'attends son successeur avec impatience.


Correct   12/20
par Sinoc


 Moyenne 15.00/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 20 juillet 2006 à 12 h 27

Tout d'abord, il me semble important de rappeler que la version originale de l'album (ainsi que la version double vinyl transparent) ne contiennent pas ce remix effectivement atroce de Professionnal Widow (N°1 à Ibiza en son temps, ça a de quoi refroidir, non ?).

Bien au contraire, cette première version nous offre en lieu et place du remix la version originale de la chanson et, en fin d'album la très jolie In the Springtime of His Voodoo. Ce dernier titre était tout bonnement trop long pour une galette de 80 minutes suite à l'adjonction du remix de Professionnal Widow.

Aujourd'hui, on trouve encore, hélas, cette nouvelle version un peu partout et souvent en Nice Price alors que la version originale est toujours à prix prohibitif. Il est dommage de détruire un petit bijou comme Boys for Pele pour de basses raisons mercantiles. Un cd bonus aurait mieux valu.

Un album qui mérite largement le détour dans sa version originale donc.

Pour ces titres là entre autres : Beauty Queen / Horses, Father Lucifer, Caught a Lite Sneeze, Way Down, Talula, Not the Red Baron... et pour des paroles qui ne lui valurent pas le macaron Parental Advisory Explicit Lyrics de Madame Al Gore (on se demande pourquoi).

"I shaved every place where you've been boy"
"Sometimes, you're nothing but meat"
"Starfucker, just like my daddy"
"And this little masochist is lifting up her dress" etc...
Excellent !   18/20







Recherche avancée
En ligne
141 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Combien dépensez vous par mois pour vos disques