Scorn

Zander

Zander

 Label :     Invisible 
 Sortie :    samedi 18 janvier 1997 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Il y a deux façons d'aborder cet album:

1. Lorsque notre civilisation sera un lointain souvenir et que tout les paysages paradisiaques auront disparus, Dieu (ou Satan) se passera un bon disque de Scorn pour apprécier le vide laissé par l'extermination du monde humain, son œuvre la plus grande !
Quel délire, hein ?
Un délire suggéré par l'écoute de Zander, œuvre biomécanique froide à l'atmosphère lourde et pesante, une œuvre singulière dénuée de chaleur mais terriblement magnétique, qui nous plombe l'esprit et nous laisse entrevoir la possibilité de ne plus exister !
Les 9 titres de cet album nous emmènent dans ce monde vide de tout bons sentiments, il apprend à aimer la solitude, l'apathie et le désastre affectif, aucun choc violent ne réveille l'auditeur, seuls des rythmes planants permettent finalement d'avoir une légère sensation de repos et d'apaisement, abandonnez vous, abandonnez tout, la fin est proche mais vous allez aimer, finir seul est notre destin!


2. Si cette oeuvre singulière semble dénuée de toute émotion agréable, elle a en revanche une certaine faculté à réveiller les pulsions sexuelles les plus curieuses car la musique de Scorn, si elle est capable d'annihiler l'activité de notre cerveau (une partie du moins), réveille dans certains cas nos parties mécaniques, elle magnifie les "Trips" surtout s'ils mettent en scène des corps nus prêts à fusionner...dérangeant ou éxcitant, à vous d'éssayer?
En outre, Zander est une machine terriblement efficace pour l'expression corporelle, elle épouse les mouvements du corps, les vas et viens qu'ils soient rythmés ou saccadés, elle nous libère de toutes faiblesses, des clichés et des barrières, alors abandonnez-vous, abandonnez-tout!

T'en veux?

Rock'n'roll !


Très bon   16/20
par Interpolian


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
284 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Selon vous, quel intérêt les side-projects offrent-ils au rock indé ?