Helmet

Meantime

Meantime

 Label :     Interscope 
 Sortie :    mardi 23 juin 1992 
 Format :  Album / CD  Vinyle  K7 Audio   

Youpi, Helmet nous gratifie encore d'un disque à la pochette hideuse !

Sorti en 1992, cet album est l'anti-grunge par excellence. Riffs lents, coupures de rythme, intros à la basse, guitares survoltées, énergie du désespérément... En plus, les Helmet avaient les cheveux courts et ne se déguisaient pas en trappeurs canadiens. Tout pour se démarquer !
Les points forts : le son est bien lourd, la voix a gagné en maturité, certains morceaux sont excellents ("Unsung" ou "In The Meantime" produit par l'idole de Page Hamilton, mister Steve Albini himself). Et la grosse faiblesse : c'est pas très varié, tout ça. Au bout de quatre morceaux, on en a marre et on finit par arrêter le disque. Et ces coupures de rythmes, ça va bien deux minutes !
Pas un mauvais album mais un disque sans grand intérêt. Vivement Betty.


Pas terrible   9/20
par Thinwhitejs


 Moyenne 13.50/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 31 octobre 2005 à 15 h 52

Comment draguer une gonzesse en lui faisant écouter un bon disque de rock?
Si vous vous êtes déjà posé cette question, je ne vous conseille pas de mettre Meantime dans votre platine à moins de vouloir séduire une berlinoise ex-championne de lancer de marteau car cet album est loin de faire dans la dentelle ... et pourtant!
Sorti en 1992 (mauvais millésime dans le bordelais), Meantime vient péter la baraque dans une période où le grunge explose médiatiquement et où le mouvement hardcore se demande encore s'il doit oui ou non interdire les homosexuels dans les concerts et porter des strings en daim pour la noël ... toute une époque quoi !
A cette époque donc, on ne savait pas exactement dans quelle catégorie jouait Helmet car ce n'est à l'évidence ni du metal, ni du hardcore, ni du noise, ni du néo-métal, alors c'est quoi?
Ce style atypique et cette liberté ont justement ouvert une brèche et élargit le champs d'action d'un 'non mouvement' initié avec d'autres groupes de la même trempe du genre Jesus Lizard, Quicksand et dans un style plus underground Unsane ...
En clair, cet album est un hymne à la castagne et Helmet se démarque de la masse avec des compositions carrées et très percutantes, tout cela servi par un son de gratte très brut voire même très 'live' qui donne à l'ensemble une puissance devastatrice qui se couple à merveille avec les subtilités des compositions.
Chaque plan dévoile une violence 'intelligible', accompagnée par des breaks monstrueux et des tempos ralentis mais dynamiques (dynamite aussi...!)
Ce genre d'éxploitation nouvelle des bases du hardcore est en soit une mini-révolution qui vient donner des coups de pieds au cul aux traditionnels plans bourrins bien speeds et bien lourdingues des derniers albums du mouvement hardcore sortis à l'époque...le harcore se meurt mais laisse place à une nouvelle énergie salvatrice dont Helmet fait partie!
Quant au chant de Page Hamilton, s'il s'inscrit dans la lignée des meilleurs hurleurs du circuit, il ne manque ni de jus ni de hargne...que du bonheur ce "meantime"
Ici, l'énergie passe avant tout par l'efficacité, on déballe les riffs et les breaks sans fioritures et tout ça en s'autorisant des passages tout en "feelings histoire" de se faire plaisir ... trop fort ces gars là.
A chaque titres, on a envie de se lever et de tout péter, cette rage et cette pèche nous réveille et nous fait sentir vivant, rien à voir avec les hurlées de tous ces groupes de Hardcore 'old school' haineux beuglant des 'fuck you' à tous les refrains et de tous ces grunges désabusés chialant toutes les larmes de leur corps parce que le monde il est pas beau (attention j'ai pas dit que c'était nul et que j'aime pas, je souligne simplement un contraste !).
Le niveau excellent du groupe et la technicité de leur approche musicale leur a valu d'être assimilé à une image injuste d'intellos, mais on a surtout affaire à des mecs qui ont su capter l'essence même de l'énergie musicale d'un rock moderne au gros son qu'ils ont associé à une rage contrôlée exprimée de façon mature.
Concernant la pochette, s'il elle ne correspond pas aux canons du genre, elle est totalement représentative du contenu de Meantime où la violence du rouge vient se confronter à l'énergie du bleu ... toute une philosophie quoi !!!.
Protégez vous des coups de boules, mettez un casque ... ou alors donnez-les !

Rock'n'roll !
Excellent !   18/20







Recherche avancée
En ligne
138 invités et 1 membre :
R.i.p Auckward
Au hasard Balthazar
Sondages
Selon vous, quel intérêt les side-projects offrent-ils au rock indé ?