John Cale

Fear

Fear

 Label :     Island 
 Sortie :    mardi 01 octobre 1974 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Voici le grand classique de John Cale et sans doute le meilleur élément de sa longue discothèque pour un non initié qui voudrait se lancer a la découverte de l'oeuvre du génie gallois.

Dans la lignée du sublimissime Paris 1919, on s'oriente ici vers des chansons qui surprendront moins un auditeur non habitué. Ca commence avec des ballades "Emily" (peut être sa plus belle chanson), ou "You Know More Than I Know".

Mais quand on s'appelle John Cale, on détruit les mélodies et fait subir les pires traitements à ses instruments. Le violon qui a servi pour "Barracuda" ne s'en est sans doute jamais remis. Les guitares prennent très cher aussi, pour cela il est en plus aidé par un membre de Roxy Music dont j'ai oublié le nom.

Toujours aussi cruel et sans pitié avec ses bandes sons, il délivre une musique aussi noire que sa pochette et une musique pas franchement rassurante, faites attention a vos nerfs.
Encore un grand disque..


Excellent !   18/20
par Mozz


 Moyenne 17.50/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 11 mai 2008 à 21 h 28

John Cale est difficile à saisir puisqu'il fût initié au rock par Lou Reed. Cale n'est pas un rockeur, c'est un compositeur. Il travaillait avec La Monte Young et Tony Conrad avant d'intégrer le Velvet Undergournd. Peut-être est-ce la clé de la séparation Reed/Cale au sein des Velvets, mais aussi celle de la complexité propre à Cale, tout aussi rude que celle de Reed. Fear est un album tout en demi teinte, subtil. John Cale ne pratique jamais la régularité de ton propre au rock. On a plutôt l'impression au premier abord que les disques de Cale sont composés de morceaux hétéroclites sans liens. Fear laisse se côtoyer des chansons pleines de sucres 50's ("The Man Who Can't Afford To Orgy"), comme des hymnes désespérés ("Emily") et des monstres d'acidités électriques ("Fear"). C'est sans doute ce qui donne cette nature cérébrale riche en références qui jalonnent toute son oeuvre. Dans cet album la chanson "Gun" est fantastique. Un rock lourd, proche d' "I'm Waiting For My Man" (n'a t-on pas dit que John Cale ferait passer Lou Reed pour un enfant de choeur tant son amour pour le danger et la violence était poussé). Le guitariste de Roxy Music (Phil Manzarena) joue un solo très long dans lequel il fait un usage de la distortion jusqu'auboutsite (comme John Mc Laughlin" dans "Go Ahead John" de Miles Davis sur son album Big Fun). La guitare est loin, puis explose, mange toutes les pistes, puis redescend et ainsi de suite, comme un serpent d'electricité. Un état d'instabilité en même temps qu'une articulation sonore qui reste l'évènement principal de ce disque noir, complexe et surtout magnifique.
Parfait   17/20







Recherche avancée
En ligne
171 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Dans la série "C'est (devenu) trop chiant, ne me parlez plus d'eux!", vous désignez:


The Arcade Fire
Arctic Monkeys
Baby Shambles
Clap Your Hands Say Yeah !
Dionysos
I Am X
Interpol
Mogwai
Placebo
Radiohead