The Boo Radleys

Everything's Alright Forever

Everything's Alright Forever

 Label :     Creation 
 Sortie :    1992 
 Format :  Album / CD  Vinyle  K7 Audio   

Allez zou : le deuxième album des Boo est un chef d'oeuvre de noisy-pop.
Et oui, "Everything's Alright Forever" est tout en nuances sonores : guitares acoustiques, électro-acoustiques, saturées ou ultra saturées, rythmes légers et calmes jusqu'au punk, chants sereins et pop, claviers, cuivres... Les mélanges se succèdent et ne se ressemblent que par leur harmonie et leur beauté.
Nostalgie, mélancolie, bonheur, frustation, regrets, passion,... Les émotions elles-aussi se percutent dans un tourbillon fou, duquel se dégage pourtant une réelle impression de sérénité, de bien-être.
Une pure réussite !


Excellent !   18/20
par X_Shape104


 Moyenne 19.00/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 30 juin 2005 à 02 h 22

Un pur chef-d'oeuvre noisy-pop/shoegazing, fruit d'un groupe (beaucoup) trop mésestimé. Les Boo Radleys ont eu le génie mélodique le plus talentueux des 90's, et n'ont pas connu le succès (immense) qu'ils méritaient, trop occultés par des groupes plus faciles (on pense à Oasis et à Blur).
Avant de s'envoler vers les sommets de la brit-pop, les Boo Radleys ont donné tout leur sens aux termes noisy et pop. Ils sont à compter parmi les piliers du genre avec My Bloody Valentine, Ride, Slowdive, Lush ou encore The Pale Saints.
Exceptionnel ! !   19/20



Posté le 22 septembre 2005 à 17 h 40

1992, année exceptionnelle pour la musique. "Everything's Alright Forever" des Boo Radleys est l'un des innombrables chefs-d'oeuvre de cette année fantastique.
En guise d'intro, "Spaniard" et son ambiance hispanisante. Le décor sonore est alors planté, et le son se transforme en images qui défilent sous nos yeux lors de l'écoute du disque, comme dans un rêve éveillé. La tension atteint son paroxysme avec l'exceptionnelle chanson "Room At The Top", digne des meilleurs compos de My Bloody Valentine.
Goûter à cette musique laisse des traces, avec risques élevés de dépendance.
Non le shoegazing n'est pas mort avec "Loveless". Ce courant est tellement diversifié que chaque groupe vaut la peine d'être découvert. Et ce disque des Boo Radleys est un summum du shoegazing. Il montre aussi que le groupe est le chaînon manquant entre My Bloody Valentine et Blur, période pré "Parklife" (voire pré "Modern Life Is Rubbish").

Rien qu'avec ce disque, les Boo Radleys sont entrés au panthéon des groupes mythiques, et ne seront jamais oubliés. Ce disque est un plaisir auditif que j'ai trop rarement ressenti.
Intemporel ! ! !   20/20







Recherche avancée
En ligne
111 invités et 1 membre :
Pumpkin Ben
Au hasard Balthazar
Sondages
Dans l'idée d'une playlist thématique mais néanmoins hebdomadaire, vous préférez :