Jeff Buckley

Mystery White Boy

Mystery White Boy

 Label :     Columbia 
 Sortie :    2000 
 Format :  Live / CD  Vinyle   

Enregistré lors de la tournée mondiale de Jeff Buckley entre 1995 et 1996, Mystery White Boy laisse entrevoir toute l'énergie que dégageait cet immense artiste sur scène.

Les chansons prennent en live une toute autre dimension qu'en studio. Jeff Buckley dégage une émotion dans son interprétation qui laisse parfois la chair de poule à l'auditeur.
Dès le morceau d'ouverture, l'intensité est au rendez-vous. "Dream Brother" dans une version interminable, grandiose, sublime, étirée sur 9 minutes laisse pantois d'admiration et d'émotion. Jeff Buckley montre toute l'étendue de sa voix d'ange éternel et laisse passer l'émotion dans les accords parfois fragilement sortis de sa guitare.
L'artiste semble prendre un plaisir incroyable sur scène, créant une véritable alchimie avec le public qui ne s'y trompe pas.

L'album nous permet aussi d'entendre quelques reprises magnifiques ("I Woke Up In A Strange Place", "What Will You Say", "Kanga Roo"...), dont l'apothéose est atteinte dans le morceau final aérien, interminable, où Leonard Cohen côtoie l'espace d'un instant The Smiths ("I Know It's Over"). Il faut avoir le talent d'un Jeff Buckley pour s'approprier avec grâce la musique des autres ...

Un disque live parfait dont l'écoute nous fait regretter toujours un peu plus le génie de cet ange à la voix d'or disparu trop tôt ...


Parfait   17/20
par Smashead


 Moyenne 18.00/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 31 juillet 2006 à 18 h 05

Stan Cuesta termina sa chronique humble à propos de Grace dans le numéro de septembre 1994 de R&F par ces mots : 'Des types comme ça me dépriment. Trop doués. Chapeau bas.'

En 1997, Jeff Buckley s'en alla, kidnappé par les eaux tumultueuses du Mississippi. Il reste de lui aujourd'hui un premier album sublime, un deuxième post-mortem et des concerts intenses dont je n'ai jamais pu être témoin. Mystery White Boy est un album live magnifique qui atteint des cimes tant avec les originaux enflammés, "Dream Brother", "Mojo Pin", "Eternal Life", tant avec les reprises lumineuses, "Lilac Wine" et "Hallelujah". Pour ma part, c'est avec "Kanga Roo" que je prends l'ascenseur pour le firmament jusqu'à son feu d'artifice final, la tête dans les étoiles, histoire de surprendre le clin d'oeil du garçon mystérieux. Ne l'écoutant que rarement, la note se justifie.
Exceptionnel ! !   19/20







Recherche avancée
En ligne
214 invités et 1 membre :
François Corda
Au hasard Balthazar
Sondages
Si je vous dis beauté féminine vous me répondez ?


Elysian Fields
Emily Haines
Emiliana Torrini
PJ Harvey
Mazzy Star
Blonde Redhead
Cat Power
Peaches