Six By Seven

04

04

 Label :     Saturday Night, Sunday Morning 
 Sortie :    lundi 27 septembre 2004 
 Format :  Album / CD   

C'est marrant, dans une chronique, le plus dur à écrire, ça reste la première phrase. Par exemple, là, j'écoute le dernier Six by Seven, et je me demande bien par où commencer pour présenter cet album.
D'abord introduire le groupe, réduit à un trio pour cet album, à savoir Chris Olley au chant et aux guitares ainsi que Chris Davis à la batterie James Flower aux claviers ? Ou bien s'indigner du relatif mais scandaleux anonymat dans lequel ce groupe est plongé depuis ses débuts (et qui les a forcé à monter leur propre label, Saturday Night Sunday Morning) ?

On pourrait tout aussi commencer par la touche prestige, dire que "04" a été produit par Dave Fridmann (toujours aussi impec') et que, contrairement à ce que cela pourrait laisser entendre, le groupe ne s'est nullement assagi, mais a même fait monter la tension un cran au dessus. Bien sûr, il y a toujours la carte du "track by track", à savoir commenter les morceaux un à un, dire, par exemple, combien le larsen qui précède la furie sonore sur "Something I Feel Like" est jouissif, que l'on écouterait bien "Catch the Rain " (premier single du groupe) en boucle et à volume sonore maximum jusqu'à s'en crever les tympans, tellement ce morceau, tube potentiel, réjouit les sens, où encore, que "Ocean" et "Say that You Want Me" ont beau se ressembler comme deux gouttes d'eau, elles n'en sont pas moins diablement efficace.

Bon, une autre astuce qui marche bien aussi, c'est le coup de la comparaison avec les albums précédents. Là, par exemple, je dirais que Six by Seven réussit à évoluer tout en faisant dans la continuité, que 04 est quand même moins "consensuel" que son prédécesseur (tout est relatif bien entendu, "The Way I Feel Today" c'était pas non plus du Elton John), et puis je continuerais en commentant les petits instrumentaux électro qui ponctuent l'album, qui, par leur brièveté et leur calme, permettent d'imposer une ambiance, une vraie cohérence tout au long de l'album. Mais le truc ultime, dans une chronique, c'est de trouver des liens de parentés avec des groupes cultes, genre My Bloody Valentine, pour le mur du son tout bêtement hallucinant, ou encore Spiritualized, pour des raisons qui m'échappent. D'abord, ça attire le chaland, et puis ça donne l'impression au lecteur que le mec qui rédige la chronique, il s'y connaît, bref, ça le fait grave.

Et voilà, je parle, je parle mais je l'ai toujours pas écrite, ma chronique.
Pfff, mais qu'est ce que je vais bien pouvoir mettre ?


Très bon   16/20
par Burette


 Moyenne 16.00/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 13 février 2005 à 21 h 43

Le succès tient souvent à peu de choses : en 1998, Six By Seven sort son 1er album, "The Things We Make", encensé par le diabolique NME.
Tout le monde s'attendait alors à un succès de masse pour ce groupe atypique, au son inimitable, sans cesse sur le fil entre pop torturée et chaos mélodique.

Mais voilà le constat : 6 ans et 3 albums plus tard, dont le dernier "The Way I Feel Today", sacrément abrasif (et un single pourtant excellent et efficace, le beau "I O U Love"), Six By Seven se retrouve réduit à un trio, après les départs successifs de leur deuxième guitariste et de leur bassiste ; et surtout, surtout, sur une nouvelle maison de disques ... la leur ! La vie est dure, quelle aventure !

Soit, mais apparemment, il en faut plus pour désespérer les trois rescapés : "04" se révèle être, si l'on prend la peine de le laisser mijoter, un très bon album.
Commençons par les points négatifs pour mieux insister sur les vraies qualités du disque. "Untitled" et "Leave Me Alone", les deux seuls morceaux plus faibles, sont aussi ceux qui se démarquent le plus du "style" Six By Seven : on retient plus leur manque de dynamisme, que leur ambiance atmosphérique un peu malheureuse.
Mais peu importe, il ne tient qu'à nous de se laisser porter par les autres compositions, véritablement inspirées, comme ce "Sometimes I Feel Like" incroyablement bruitiste, ou encore "There's A Ghost", calme et déséspéré, hanté par des mélodies épurées et aériennes.
Il serait aussi difficile d'oublier "Bochum", qui dans des temps heureux, aurait tout du single victorieux et imparable ...

Je vous laisse découvrir le reste vous même : c'est le genre de plaisir dont on profite comme d'une chose rare, et qui peut s'éteindre d'un moment à l'autre.
Très bon   16/20







Recherche avancée
En ligne
194 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
On vient de te dire que le morceau que tu as encensé est l'œuvre du groupe que tu conchies le plus