Hayden

Us Alone

Us Alone

 Label :     Arts & Crafts 
 Sortie :    mardi 05 février 2013 
 Format :  Album / CD  Vinyle  Numérique   

Avec Us Alone, son septième album, Hayden opère un changement important dans sa carrière : il change de label et passe de Hardwood Records, qu'il avait lui-même fondé à ses débuts en 1994, à Arts & Crafts. Cela présente pour lui l'immense avantage qu'il n'a plus à se préoccuper de tout ce qui relève de la promotion, lui qui de toute façon n'a jamais été un grand communicant et limite ses apparitions, ses concerts et ses interviews depuis The Closer I Get (1998) et privilégie les tournées courtes et les petites salles. Cette tactique de la zéro promo avait tout de même atteint ses limites après la sortie de son précédent disque, The Place Where We Lived en 2009, pour lequel il avait littéralement fait le mort (aucune interview ni concert donné) et cela avait si bien fonctionné que des rumeurs sur son décès avaient commencé à circuler sur les internets en 2010. Rétrospectivement, au moment justement de promouvoir Us Alone, il confessa son erreur et dit en rigolant qu'il devait quand même dire aux gens qu'il continuait à sortir des disques. Et c'est cette rumeur infondée qui le convainquit finalement en partie de signer chez Arts & Crafts pour ne plus avoir à gérer tous ces ennuyants détails promotionnels.

Ces divers tracas ont-ils eu une incidence sur sa créativité, son inspiration ? Non, bien au contraire. Us Alone, en huit morceaux (plus un caché) et à peine quarante-cinq minutes, est une merveille, un des meilleurs albums du Canadien. Il se dévoile ici plein de maturité, d'humilité, toujours aussi captivant et émouvant dans sa musique et ses textes, d'une acuité jamais prise à défaut. Il fait preuve d'une chaleur assez inédite, son folk rock aux arrangements parfaits dégageant une atmosphère immédiatement enveloppante, désarmante et quelque peu familière (on ressent une petite vibe Harvest tout à fait délectable).

Même s'il y a seulement huit titres, les sommets sont nombreux. L'ouverture "Motel" est l'un d'entre eux et, au gré des montées et descentes internes à la chanson, on s'imagine en passager clandestin aux côtés de Hayden et de sa chérie dans cette voiture qui file le long de la côte. Un vrai bijou, désormais une de mes préférées du gars. "Just Give Me a Name" n'est pas en reste et cette déchirante histoire d'infidélité nous rappelle que notre homme est un éternel tourmenté du cœur. "Blurry Nights", plus enlevée et en duo avec sa belle-sœur, la chanteuse Lou Canon, est une autre réussite du disque et se rapproche presque du tube qu'il n'a jamais eu. "Almost Everything" est quant à elle hautement autobiographique, puisqu'elle s'avère être un petit résumé de sa vie, de ses débuts de musicien, quand la musique représentait tout pour lui, à la naissance de sa fille, qui prend désormais évidemment beaucoup de place.

Je pourrais continuer longtemps à vous vanter les mérites de ce disque et de Hayden, il le vaut largement, et bien plus que ça, mais je préfère que vous découvriez tout cela par vous-mêmes. Sachez seulement qu'il fait partie de ces artistes qui continuent à surprendre, à enchanter et à faire s'interroger son public à chaque album qu'il propose. Us Alone ne déroge pas à la règle et nous ouvre une nouvelle porte sur son univers si intense et personnel. Il serait dommage que vous ne la franchissiez pas.


Excellent !   18/20
par Poukram


  En écoute ici : https://haydendesser.bandcamp.com/album/us-alone


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
401 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Tu as le droit d'effectuer un seul voyage spatio-temporel, où est-ce que tu vas ?