Naked City

Radio

Radio

 Label :     Tzadik 
 Sortie :    1993 
 Format :  Album / CD   

A bien y regarder (ou écouter plutôt), c'est fou que Naked City ait pu sortir la même année deux albums aussi antinomiques que Radio et Absinthe.
En effet, autant ce dernier plongeait dans les méandres d'une musique quasi atonale, autant le précédent est un merveilleux condensé de ce que peuvent faire ensemble des musiciens aussi talentueux que Joey Baron, Yamatsuka Eye, Bill Frisell, Fred Frith, Wayne Horwitz et John Zorn : un truc iconoclaste où se mélangent le free jazz, le rock, le blues, le progressif, le funk, le hardcore et probablement plein d'autres genres et sous-genres musicaux qui m'échappent par manque de culture.
Il se dégage de ces compositions une forme de joie collective qui contraste étrangement avec l'esthétique SM de la pochette car si l'appréhension est légitime au moment d'insérer la galette, c'est bien une écoute "confortable" qui s'offre ensuite à nous, même si le saxo s'avère toujours aussi déjanté, apportant à lui seul le plus gros de l'agressivité sonore.
Pour le reste, on ne peut qu'être admiratif du jeu de Joey Baron notamment, ce mec swingue comme personne !
Je ne saurais trop recommander à ceux qui se sont lassés des productions zorniennes de se replonger dans ce qu'il faisait au cours des années 90, en commençant par Radio : un disque éclatant, relativement abordable en dépit de sa complexité évidente et qui n'a rien perdu de son brillant.


Parfait   17/20
par Arno Vice


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
576 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
On vient de te dire que le morceau que tu as encensé est l'œuvre du groupe que tu conchies le plus