Damien Jurado

In The Shape Of A Storm

In The Shape Of A Storm

 Label :     Loose Music 
 Sortie :    vendredi 12 avril 2019 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Les années 10 se terminent alors qui retenir comme artiste de la décennie ? Objectivement, il faut sûrement citer Kanye West, Beyoncé ou Lana Del Rey. Personnellement, je pense tout de suite à Kurt Vile, Angel Olsen ou Kevin Morby. Mais en réfléchissant bien, il y a Damien Jurado, figure discrète qui a surgi au milieu des années 90, s'est fait une réputation dans les années 2000 et enchaîne les albums parfaits depuis dix ans : l'aérien Saint Bartlett (2010), l'orageux Maraqopa (2012), sa suite torturé MBrothers and Sisters of the Eternal Son (2014), le psychédélique Visions of Us on the Land (2016), l'hanté The Horizon Just Laughed (2018) et enfin, ce dernier volet, le plus court. Un exorcisme bouleversant.

La production dense a disparu avec le compagnon Richard Swift et Damien fait son deuil avec sa guitare. On retourne donc au style épuré des débuts mais ce n'est pas un retour en arrière. Ce n'est pas la désolation des premiers disques. Les fantômes sont toujours les collaborateurs du songwriter mais il y a eu réconciliation. Et naviguant entre ombre et lumière, Damien leur parle d'amour, d'amitié et de rédemption. Il survit. Guérit. N'a plus rien à cacher. Regarde le monde d'un œil ému, moins désabusé que dans sa jeunesse. "Oh j'étais si vieux à l'époque" chantait Dylan. Damien hérite de l'adage et, en revisitant des souvenirs, il en ressort plus fort. Solide compagnon de bataille toujours debout. Quand il siffle à la fin de "South", on peut entendre un oraison funèbre ou une invitation à le retrouver à l'autre bout de la colline.

I've been twisting in the vapors and the fumes
There is nothing that I can say to you now
That you have not already heard


Tiens bon, Damien. On est là. On sera là.


Excellent !   18/20
par Dylanesque


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
62 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Selon vous, quel intérêt les side-projects offrent-ils au rock indé ?