Grant Lee Phillips

Little Moon

Little Moon

 Label :     Yep Roc 
 Sortie :    mardi 13 octobre 2009 
 Format :  Album / CD  Vinyle  Numérique   

Cela ne fait pas si longtemps que je me suis plongé, avec bonheur, dans l'œuvre de Grant-Lee Phillips. Et si je devais caractériser un tant soit peu sa musique, je dirais volontiers qu'elle est mélancolique, douce-amère, mais pas dans le sens où elle nous plomberait le moral ou nous plongerait dans une profonde dépression (encore heureux me direz-vous). Au contraire, elle est aussi lumineuse, passionnée, intime, pleine de chaleur humaine, à l'image de son auteur, qui a fait de la plus belle et honnête simplicité son instrument ultime pour partager ses sentiments, ses états d'âme, ses humeurs. Et c'est bien cette facette optimiste que l'on retrouve sur Little Moon, son sixième album en solo. Que ce soit "Good Morning Happiness", "Strangest Thing", "It Ain't the Same Old Cold War Harry", "Seal It with a Kiss", "The Sun Shines on Jupiter", la joie est communicative sur cet album, il y a un allant, un entrain que je ne lui connaissais pas jusqu'ici. Les paroles, comme celles de "Good Morning Happiness" ou de "The Sun Shines on Jupiter", en témoignent bien et l'apport de cuivres, surtout sur "It Ain't the Same Old Cold War Harry" ou ceux, plus discrets, à la fin de "The Sun Shines on Jupiter", ajoutent de nouvelles saveurs sonores bien appréciables à l'habituelle base folk-rock des morceaux de Phillips. Les solos de guitare de "Good Morning Happiness" et de "Seal It with a Kiss" font également leur effet. Cette bonne humeur générale peut s'expliquer par la récente paternité, à l'époque, de l'artiste, devenu père d'une petite Violet l'année précédant la sortie de ce Little Moon. Il lui dédie tout naturellement un morceau qui porte son nom, où il se dévoile en père aimant, tout simplement heureux de l'agrandissement de sa famille.

Mais là où Phillips perce le cœur, en revenant à des émotions plus extériorisées, c'est avec l'enchaînement magique "Buried Treasure" - "Blind Tom" – "One Morning", placés dans la deuxième moitié du disque. Rarement chanson a aussi bien porté son nom que "Buried Treasure", évocation élégante, subtile et sublime d'un amour dont le temps lui-même ne pourra venir à bout. "Blind Tom" subjugue par son piano, ses cordes hors du temps et la voix si tendre de Grant-Lee. "One Morning" conquiert par son beau crescendo où tous les instruments (guitares, cordes, piano...) se rejoignent dans un final éclatant de sérénité. Car c'est bien cette impression de quiétude, de doux bien-être qui imprègne l'ensemble de Little Moon, reflet fidèle de l'état d'esprit de Grant-Lee Phillips en cette fin des années 2000. Il est heureux, il rend heureux, que demander de plus ?


Excellent !   18/20
par Poukram


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
98 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Parmis ces biopics musicaux, lequel préferez vous ?