The Decemberists

Montréal - Canada [Club Soda] - mercredi 12 octobre 2005

Quatre mois seulement après leur passage à la Sala rossa, The Decemberists s'attaquent à une plus grosse salle montréalaise en occupant le club Soda. Est-ce dû au succès – local et international – d'un groupe comme The Arcade fire, au line-up sensiblement identique ? Difficile à dire mais il est clair que le groupe de Portland, Oregon, attire à Montréal son lot de fans, majoritairement jeunes et anglophones.

La musique des Decemberists, c'est avant tout une musique qui raconte des histoires. Le titre du dernier album, Picaresque, sied particulièrement bien au groupe qui aime développer des atmosphères, créer des personnages. Le décor est planté : une immense toile en fond de scène et des objets hétéroclites sur les planches ; la scène se transforme en volière pour accueillir ces drôles d'oiseaux. Place à la musique.

Si l'on devait rentrer dans le jeu du descriptif musical, on aurait tôt fait de classer les chansons des Decemberists au rayon pop-folk. Elles font la part belle aux instrumentations à la fois simples et fouillées, aux instruments, aussi : guitares folk, accordéon, violon, batterie, orgue, xylophone, contrebasse... Les morceaux sont entraînants, la communication passe bien avec le public, le concert se transformant parfois en une expérience interactive conviviale.

Mais le groupe garde quand même la main mise sur le set, revenant à ses histoires qu'il nous conte avec une énergie et un humour constant. Le public, comblé, en redemande. Les américains reviendront sur scène avec la pièce maîtresse de leur dernier album : "The Mariner's Revenge Song". Une longue histoire de marins, de baleines et de tempêtes. La version live de ce morceau, qui dure déjà près de 10 minutes sur l'album, est théâtrale, déjantée et communicative. La conclusion idéale d'un concert convaincant.


Très bon   16/20
par Mage


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
63 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
On vient de te dire que le morceau que tu as encensé est l'œuvre du groupe que tu conchies le plus