First Aid Kit

Paris [La Cigale] - lundi 05 mars 2018

 First Aid Kit
Klara Söderberg est l'avenir de la folk. Car on ne s'y trompe pas : de First Aid Kit, c'est surtout elle qu'on retient, sa sœur, Johanna, fait très bien les harmonies vocales, présente bien, mais a nettement moins de chance de faire carrière seule. Confirmation en ce 5 mars.

Van William ouvre le bal avec sa folk-rock énergique. Les chansons ne sont pas d'une originalité folle, mais elles sont jouées avec entrain et fonctionnent suffisamment bien pour qu'on ne voit pas le temps passer.

Arrive ensuite le tour de First Aid Kit. Le set commence avec les nouveaux morceaux, et malgré une rythmique pas toujours très fine, les frangines suédoises, mises en avant, ne se démontent pas, devant un public très enthousiaste plutôt féminin et jeune. J'aurais pu/du ne pas me sentir dans mon élément, mais j'avoue être très client du répertoire du groupe, dans la droite lignée de Simon & Garfunkel ou Graham Parsons. Une collection de chansons quasi sans faute depuis leurs débuts, qu'elles s'emploient à fidèlement restituer.

Le groupe piochera finalement dans les 3 derniers albums, éclipsant le premier, certes imparfait mais recelant malgré tout de jolies choses. Parmi les points marquants, on notera une bien jolie version de "Postcard" côté nouveautés et bien sûr "The Lion's Roar" pour les vieilleries. Le concert se déroule normalement, jusqu'au rageux "You Are The Problem Here", chanson spécialement écrite pour la journée de la femme en 2017. Chanson suivie d'un "moment #metoo", où Klara s'est sentie obligée de faire un hiatus sur le consentement et la morale aux hommes pour intervenir dès qu'ils entendaient une remarque sexiste. Par esprit de contradiction, j'ai revu toute la discussion sur le viol dans le "Péril jeune" conclu par le "faudrait déjà que tu te rases la moustache" d'anthologie d'Elbaz. Plus sérieusement, chacun ses combats, celui-ci est noble, et je ne peux qu'approuver le fait qu'il est anormal en cas de viol ou agression sexuelle de se demander en 1er lieu quelles fringues portait la victime, mais laisser entendre que ne pas réagir à chaque blague de Tex me rend à moitié complice, bof.

Cela nous donnera au moins un moment amusant quand Johanna reprendra la parole pour tenter de repasser à la musique. Le concert reprend avec une majorité de nouvelles chansons, dont le magnifique "Fireworks" qui a tout pour devenir leur "Everybody Hurts".

Le rappel les verra conserver la traditionnelle chanson acoustique (comme elles le faisaient avant avec "Ghost Town") avec "Hem Of Her Dress" à coups de "chalalas" repris par le public. Elles inviteront ensuite Van William pour reprendre une de ses chansons, pour lesquelles elles sont assuré les chœurs en studio. Enfin, il est temps de se quitter avec "My Silver Lining", comme quoi la musique dans les pubs reste encore un bon moyen pour se faire connaitre.

Concert sympa, rien d'extraordinaire, mais elles ont fait le taf. C'était mon 2ème concert les concernant, aussi, à chaud, pas sûr que j'y retournerai, sauf si la pépite suédoise dans sa robe de grand-mère décide de faire des concerts solo.


Pas mal   13/20
par Francislalanne


  Rebel Heart
It's a Shame
King of the World
Postcard
Stay Gold
The Lion's Roar
You Are the Problem Here
To Live a Life
Ruins
Wolf
Master Pretender
Fireworks
Emmylou
Nothing Has to Be True

Hem of Her Dress
Revolution (Van William)
My Silver Lining

Photo par Cédric Oberlin


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
157 invités et 1 membre :
R.i.p Auckward
Au hasard Balthazar
Sondages
Combien dépensez vous par mois pour vos disques